Retour réussi pour Jules !

« Le retour de Jules »

C’est un roman qui se lit en un souffle, avec des rebondissements à foison. C’est un roman qui ne laisse pas indifférent et qui, surtout, réussi à poursuivre une histoire tout en continuant à étonner.

Ce roman, c’est « Le retour de Jules » de Didier Van Cauwelaert. C’est surtout une ode au monde animal, à commencer par l’univers canin, puisque Jules est un… chien. Un bon gros chien qui endosse, une nouvelle fois de façon très savoureuse, le rôle de héros.

Bref, après avoir aidé les aveugles Jules, dans ce deuxième tome de cette saga qui a du chien, soigne maintenant les épileptiques. Et je le sais, dit comme cela, ce résumé peut paraître étrange et dérangeant. Et pourtant, ce roman est savoureux à souhait, décalé une fois de plus et vraiment enthousiasmant pour les vacances !

 

Mais qui est Jules ?

Si vous n’avez pas lu le premier tome des aventures de Jules (intitulé tout simplement « Jules » et paru en mai 2015 aux éditions Albin Michel), ou si vous avez besoin d’un petit rafraichissement de mémoire : Jules est donc, vous l’avez compris, un chien.

Le premier tome, « Jules », paru en 2015 aux éditions Albin Michel

Mais pas n’importe quel chien… C’est un chien guide d’aveugle à qui il arrive la pire chose pour lui : sa maîtresse retrouve la vue à cause (ou grâce, cela dépend des points de vue) à une opération de la cornée. Et voilà donc ce brave Jules frôlant la dépression, errant comme une âme en peine, puisque son but, son rôle, ce pourquoi il a été éduqué, sa raison d’être, son lien même avec cette maîtresse à laquelle il voue sa vie de chien n’existe plus…

Mais lui, Jules ne peut pas devenir un brave toutou jouant à la baballe… Il a besoin pour vivre d’aider l’autre, d’avoir ce sentiment très fort que l’autre compte sur vous. C’est pourquoi, dans ce premier tome, Jules va tout faire pour maintenir ce lien invisible qui existait avec sa maîtresse.

Nous voilà donc au début du deuxième tome, « Le retour de Jules », où c’est un peu retour à la case départ puisque Jules, en vrai chien altruiste, a compris que son rôle de chien guide d’aveugle n’a plus de raison d’être. Et c’est là que la créativité de Didier Van Cauwelaert est intéressante et étonnante puisque, l’air de rien, avec beaucoup de tact, il nous emmène avec Jules sur un autre terrain… Celui de l’épilepsie.

L’auteur Didier Van Cauwelaert

Notre brave labrador croise donc le chemin d’un enfant, épileptique, et apporte son soutien à ce petit garçon (qu’il ne veut pas lâcher) en détectant avant les humains ses crises.

Et nous voilà alors embarqué dans un univers un peu différent du premier tome (mais tout aussi passionnant), celui de la faculté canine de percevoir l’invisible pour les humains.

 

Un roman passionnant… 

L’intelligence d’écriture de Didier Van Cauwelaert est de nous faire découvrir, dans  « Le retour de Jules », un monde souvent méconnu : celui de l’épilepsie et de l’aide que les animaux peuvent apporter aux malades, à commencer par les chiens.

Dans ce deuxième tome (qui peut d’ailleurs être lu indépendamment du premier), les parents du petit épileptique décident en effet de faire suivre à Jules le programme de l’ESCAPE, une école cynophile sous l’égide de la Fondation Française pour la recherche sur l’épilepsie. Et c’est passionnant de découvrir à quel point les chiens sont doués d’un sixième sens hors du commun. A quel point aussi le lien entre l’homme et l’animal est si précieux, si tendre, si étonnant.

Enfin, personnellement, j’ai aimé au travers de ce roman distrayant et fort bien écrit, apprendre autant d’éléments que je ne connaissais pas… Car oui, je l’avoue, je ne savais pas qu’il existait des formations pour développer la faculté canine détecter les crises d’épilepsie avant même leur début. Je ne savais que les chiens étaient capables de détecter des signaux électro-magnétiques annonciateurs des crises. Je ne savais pas que les chiens pouvaient être formés pour agir en cas d’épilepsie. Et de le découvrir au travers de la plume, délicieuse, de Didier Van Cauwelaert, fut un vrai plaisir.

Bref, pour passer un bon moment cet été, découvrez « Le retour de Jules », un livre vraiment différent, un livre qui fait du bien, un livre distillateur de bonheur et de bonnes ondes.

 

Infos pratiques

« Retour de Jules »

Didier Van Cauwelaert

Paru en mai 2017 aux éd. Albin Michel

176 pages

Dimensions : 14 cm x 20,5 cm

Prix : 16,50 €

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

 

Publicités

Etonnant « Jules » !

Unknown« Jules », c’est le titre du dernier, étonnant et excellent roman de Didier Van Cauwelaert.

« Jules », c’est l’histoire d’un chien. Oui, d’un chien ! Un chien d’aveugle portant le nom d’un humain, un chien qui est le prolongement d’une humaine, Alice.

« Jules », c’est surtout un livre avec des personnages cabossés, torturés, souvent malmenés par la vie. Des personnages perdus, désespérément perdus, et qui, un jour, voient renaître l’espoir. Des personnages en quête du bonheur ou plutôt d’une certaine idée du bonheur…

Il y a par exemple ce vendeur de macarons, inventeur génial de 40 ans, que la société condamne car surdiplômé. Et c’est à l’aéroport d’Orly qu’il vend ses délices sucrés voyant les autres s’envoler alors que sa vie ne décolle pas.

C’est le cas aussi d’Alice, une fille sublime, l’un des personnages forts de cet excellent roman. Sous la plume (géniale) de l’auteur, Didier Van Cauwelaert, Alice est une jeune fille totalement cabossée par la vie : aveugle depuis 17 ans (suite à un viol pendant lequel ses agresseurs lui ont jeté de l’acide au visage), la jeune femme d’une trentaine d’années retrouve la vue et la vie suite à une opération. Cela devrait être le bonheur total, la plénitude même… Et pourtant, Alice reste cabossée de l’intérieur. Elle s’aperçoit surtout que la personne qu’elle est devenue grâce à son handicap est capable de tellement de force de vie que la vue ne vaut peut être pas d’être vécue. Elle se découvre en effet vraiment telle qu’elle est, telle qu’est sa vie, telle qu’est sa peinture. Et c’est une épreuve terrible pour elle…

Unknown4

Quant à son chien d’aveugle, pour lui, c’est pire que tout. C’est l’anéantissement du but de sa vie puisque l’aveugle revoit. Il perd alors sa raison d’être, séparé de sa maîtresse, séparé de celle qui était ses autres yeux.

Etrange histoire que celle de la vie vue par ce chien, ce brave Jules, qui perd sa maîtresse et, dans un dernier espoir canin, retrouve ce vendeur de macarons qui, un jour, s’était offusqué de le voir lui Jules, chien d’aveugle, condamné à la soute d’un avion, et l’avait sauvé de ce voyage cauchemardesque en l’imposant au côté de sa maîtresse, Alice, aveugle, en partance pour Nice et cette opération des yeux qui devait (le croyait-elle) lui sauver la vie…

Unknown2Grâce à Jules, ce roman aborde donc un sujet rarement traité : celui de la difficile reconversion d’un chien d’aveugle, celui de nos reconversions à nous humains, celui de la quête du bonheur… des humains comme des chiens.

Et c’est passionnant, étonnant, différent et merveilleusement bien écrit !

A lire, absolument !

 

L’auteur en quelques mots…

Didier van Cauwelaert cumule prix littéraires et succès public. Prix Del Duca, prix Nimier, prix Goncourt, il a publié récemment Les témoins de la mariée et La femme de nos vies, récompensé par le Prix des Romancières 2013 et le Prix Messardière du Roman de l’été. Avec Rapport intime, il retrouve Alain Sachs, qui mit en scène sa pièce Le Passe-Muraille.

Jules est son dernier roman.

L'auteur, Didier Van Cauwelaert

L’auteur, Didier Van Cauwelaert

 

Infos pratiques

« Jules »

Didier Van Cauwelaert

Paru en mai 2015 aux éd. Albin Michel

288 pages

Prix : 19,50 €

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien :  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl