« J’accueille mes émotions », un livre tendre et poétique pour les petits lecteurs

« J’accueille mes émotions »

Parler et accueillir ses émotion n’est déjà pas facile lorsque l’on est adulte, alors, évoquer avec un petit la tristesse, la peur, la joie, la colère ou l’amour est encore plus difficile. Comment faire simple (sans être trop simpliste) et tout de même précis (sans en devenir trop compliqué), telle est la question… C’est pourquoi je suis ravie de vous présenter ce livre vraiment très bien fait pour les petits dès 3 ans  : « J’accueille mes émotions ».

Car accueillir ses émotions, savoir mettre des mots ou des gestes sur ce que l’on ressent, savoir identifier et comprendre ses émotions est essentiel pour nous tous, quelque soit notre âge. Et j’allais même vous dire, le plus tôt possible. C’est pourquoi ce livre est un outil vraiment précieux pour aider l’enfant, et favoriser aussi la communication au sein de la famille.

Orayana, l’oiseau d’or, guide l’héroïne sur le chemin de la montagne des émotions

Un livre d’histoire, de poésie, d’initiation, de gestuelle…

En fait, « J’accueille mes émotions » est un ouvrage vraiment très complet puisque, au travers d’une histoire (qui ressemble à beaucoup d’autres histoires), les auteures, Isabelle Filliozat et Virginie Limousin, nous offrent un concept très complet avec de petites analyses simples et pertinentes pour aider l’enfant à déterminer quelle(s) émotion(s) il ressent, comment les gérer, comment les comprendre…

Ainsi, en se baladant au côté d’une petite fille endormie rêvant d’un oiseau d’or la guidant sur le chemin de la montagne des émotions, le petit lecteur va rencontrer des animaux qui, chacun, lui évoqueront une émotion. Comme le singe Youpiyana symbole de joie, la tigresse Rayana et la colère, la chienne toute mimi Sorpresa et la surprise, la limace Bavorossa et le dégoût, le crocodile Crocoyo et ses larmes de crocodile et de tristesse, le lapin Froussini et la peur… Et puis, bien sûr, cette jolie histoire très poétique se terminera dans les bras de papa et maman pour l’amour.

La colère avec Rayana la tigresse

Un livre très complet

Bien sûr, j’adore l’histoire très poétique de ce livre. J’adore aussi les illustrations vraiment très douces et tendres.

La joie avec Youpiyana, le petit singe facétieux

Mais j’aime surtout la démarche ludique très intéressante (et parfaitement adaptée aux petits) de cet ouvrage qui permet à l’enfant avec des gestes très simples, des images évocatrices, des remarques pertinentes de comprendre quelle(s) émotion(s) il peut ressentir dans telle ou telle situation, ce que cela implique sur son comportement et son ressenti, et, surtout, comment les gérer avec des techniques de respirations simples mais efficaces, mais aussi des gestes tout accessibles comme sauter, crier, bouger…

Et c’est ce point que j’aime particulièrement : le fait que l’enfant chemine et trouve seul (sans que personne ne lui dise) quelle(s) type(s) d’émotion(s) le traverse, pourquoi et comment les apaiser ou les gérer.

Ainsi, l’enfant comprend que certaines émotions le rendent heureux, d’autres le rendent tristes, d’autres encore le dérangent… Que certaines sont positives et d’autres, au contraire, très négatives.

Et je suis intimement persuadée qu’en identifiant, en verbalisant avec des mots ou même des gestes ou encore des dessins, en apprenant à mieux respirer, en comprenant ce qu’ils éprouvent, les enfants vivront mieux, se sentiront mieux, et seront alors de futurs adultes plus heureux, car plus en phase avec eux-même.

Vous l’aurez compris, j’adore ce livre et je vous le conseille vivement ! Mention spéciale enfin aux illustrations à la fois douces, tendres et réalistes.

Infos pratiques

Les situations qui rendent heureux

« J’accueille mes émotions »

Dès 3 ans

De Isabelle Filliozat et Virginie Limousin

Paru en septembre 2018 aux éditions Nathan

32 pages

Dimensions : 22,8 x 1,2 x 23 cm

Prix : 11,90 €

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Publicités

Le cirque Arlette Gruss est de retour avec son nouveau spectacle « L’étoile en héritage ! »

« L’étoile en héritage ! », le nouveau spectacle du cirque Arlette Gruss

« L’étoile en héritage ! », c’est le titre du nouveau spectacle du cirque Arlette Gruss et, déjà, tout est dit !

Car ce nouveau spectacle marie à merveille l’héritage si précieux du passé (et de la grande tradition circacienne de cette famille hors du commun) avec la modernité d’un cirque plus fou, plus incroyable, plus magique, plus magnifique… Plus tout !

Et oui, les superlatifs manquent souvent lorsque l’on parle du cirque Arlette Gruss tant, chaque année, le spectacle arrive à se renouveler en mettant la barre toujours plus haute tout en gardant son authenticité.

Bref, vous l’aurez compris, la grande famille du cirque Arlette Gruss est de retour sur les routes de France avec un spectacle époustouflant, magnifié par un nouveau chapiteau vous garantissant une vie extraordinaire sans aucun mât !

Un spectacle digne des plus grands cirques du monde

Sans chauvinisme exacerbé, il faut avoir l’honnêteté de le dire : le nouveau spectacle « L’étoile en héritage ! » est tellement époustouflant, envoûtant, chic et étonnant qu’il se hisse, sans conteste, parmi les plus beaux cirques du monde avec des numéros extraordinaires, véritablement. A l’image de Russlan de la troupe Extreme Light qui, avec son numéro « les pixels se mettent en selle », revisite l’art du cirque en ajoutant cette petite touche de modernisme qui fait toute la différence.

Russlan de la troupe Extreme Light

On peut même dire époustouflant comme le numéro incroyable de vélo acrobatique exécuté par le Duo Lyd qui met « La tête dans l’guidon » et défie l’apesanteur.

On peut aussi dire étonnant comme le numéro de chiens où Wolfgang Lauenburger prouve que sur la piste du cirque Arlette Gruss les animaux se font plaisir à l’image de ces drôles de toutous pour qui « l’heure de la récré a sonné ! »

On peut même dire tendre et généreux pour évoquer le clown Matute, un petit nouveau qui nous transporte, sans fioriture, dans son pays imaginaire de douceur, de paix, de gentillesse et d’humour poétique et décalé.

On peut encore parler de tendresse et d’humour avec le nouveau numéro à la fois intemporel et novateur de Laura Pedersen qui nous invite à faire le « grand plongeon » avec ses pingouins et otaries.

Sarah Togni et sa roue Cyr

Ou d’élégance avec le numéro, le ballet même, des chevaux noirs et blancs virevoltant majestueusement sur la piste au son de la douce voix de Laura-Maria Gruss et de sa mère Linda Biasini-Gruss.

Ou encore étourdissant avec l’envoûtant numéro de roue Cyr de Sarah Togni qui entre dans « le cercle fermé de l’excellence » et vous donne le tournis dans un numéro endiablé.

Les Flying Matos au trapèze volant

Ou même puissant et impressionnant avec le numéro tout en force et en maîtrise de Kevin Gruss qui, chaque année, se réinvente avec toujours autant de brio et de dextérité. C’est même cela un grand artiste de cirque !

Ou étonnement futuriste et aérien avec l’incroyable numéro de l’homme laser & Co qui allume « un feu d’artifice technologique ! »

Et puis il y a le numéros fou, ahurissant, étonnant, que vous ne pourrez voir que sur la piste du cirque Arlette Gruss… Un numéro fruit d’idée folle : celle de faire voler et virevolter dans le ciel du chapiteau au trapèze volant les Flying Matos qui nous offrent « le bonheur immatériel » et qui, véritablement, sont exceptionnels.

Enfin, comme toujours, le Cirque Gruss nous réserve sa part d’émotion. Et parce que la passion du cirque se transmet en héritage, vous retrouvez avec plaisir les jeunes (mais ô combien talentueux) Alexis et Eros sur la piste avec un numéro tout en légèreté et en poésie.

Une prouesse technique offrant une vue de la piste à 360° degrés !

Le cirque Arlette Gruss ? Je pourrais vous en parler encore et encore tant j’aime l’ambiance si particulière qui règne dans cette troupe familiale. Alors, la meilleure chose que je peux vous recommander est de prendre d’urgence vos places pour aller assister à leurs prochains spectacles partout en France pendant toute l’année 2019 !

Un chapiteau révolutionnaire !

Avec le cirque Arlette Gruss, on ne parle plus de chapiteau. En effet, cela fait longtemps que Gilbert Gruss en rêvait : offrir à TOUS les spectateurs de n’importe quelle place dans le cirque une vue unique, révolutionnaire et sans aucun mât intérieur pouvant vous empêcher de voir une partie du spectacle.

Avec cette nouvelle ARENA baptisée (à juste titre) « Le Privilège », vous aurez désormais une visibilité exceptionnelle puisque cette structure incroyable est conçue pour ne plus avoir aucun mât intérieur !

Où aller voir le cirque Arlette Gruss en FRANCE en 2019 ?

Le cirque Arlette Gruss est reparti depuis quelques jours déjà en tournée dans toute la France. Après avoir enflammé le public bordelais, puis de La Rochelle, il va maintenant  passer par…

  • Rouen du 16 février au 24 février
  • Le Havre (et c’est une nouvelle ville traversée par le cirque Arlette Gruss) du 27 février au 3 mars
  • Arras du 6 au 13 mars
  • Lille du 16 au 24 mars
  • Saint Quentin du 27 au 31 mars
  • Lens du 3 au 7 avril
  • Boulogne-sur-Mer du 10 au 14 avril
  • Dunkerque du 17 au 24 avril
  • Thionville du 27 avril au 1er mai
  • Mulhouse du 4 au 12 mai
  • Colmar du 15 au 19 mai
  • Strasbourg du 22 au 26 mai
  • etc…

Puis le cirque s’arrêtera dans de nombreuses autres villes. Toutes les infos sont à venir prochainement sur le site du cirque Arlette Gruss.

Les otaries de Laura Pedersen

Quand et où voir le cirque Arlette Gruss à ROUEN ? 

Comme tous les ans, le cirque Arlette Gruss pose son chapiteau grandiose en Normandie à Rouen. Alors, pour ne rien manquer du spectacle, voici toutes les dates à retenir :

  • Spectacle samedi 16 à 20h
  • dimanche 17 février à 10h, 14h et 17h
  • mardi 19 février à 15h et 19h30
  • mercredi 20 février à 14h30
  • jeudi 21 février à 15h et 19h30 (tarif réduit pour cette deuxième séance en soirée)
  • vendredi 22 février à 15h et 19h30
  • samedi 23 février à 14h, 17h et 20h
  • dimanche 24 février à 14h

Où se situe le cirque cette année à Rouen ?

Laura-Maria Gruss

Le cirque Gruss s’installe de nouveau près de la Seine en rive droite, sur le Boulevard Emile Duchemin à Rouen (au niveau du Bassin Saint Gervais où s’installe désormais aussi la Foire Saint Romain).

Infos pratiques pour toute la France

Places du spectacle de 15,50 à 39,50 € (gratuit pour les moins de 3 ans).

Durée du spectacle : 2h.

De nombreuses séances en après-midi et en soirée.

Entrée de la ménagerie à 1 €.

Tél : 0825 825 660.

Toutes les infos sur http://www.cirque-gruss.com

Crédit photo : cirque Arlette Gruss

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Et si on offrait une machine à remonter le temps ?

« Mamie, parle-nous de toi »

Je suis souvent peinée de ne pas être capable de remonter très loin mon arbre généalogique… En effet, j’ai la chance de connaître et de profiter encore de mes parents. J’ai connu et aimé tendrement mes grands-parents. Mais, après, tout se complique… J’arrive avec quelques hésitations à évoquer les noms, régions de vie et professions de mes arrières-grands-parents, mais, au-delà, c’est malheureusement le flou. Et je vous avoue que je déteste cette sensation que, par mes oublis, je fais disparaître définitivement ceux qui m’ont précédés. Ceux, surtout, sans qui je ne serai pas là…

De la même façon, je connais en partie la vie des mes parents, leur enfance à chacun. Je connais aussi les quelques souvenirs qu’ils m’ont raconté. Je sais un peu de leur vie d’avant, de leur rencontre, de leurs rêves d’enfants, de leur mariage ou de ma naissance. Mais je n’en sais que trop peu. Surtout que mes souvenirs à moi, et c’est la vie qui est ainsi, parfois s’effacent ou se troublent.

« Papy, parle-nous de toi »

Bref, parce que je suis intiment convaincue que pour bien vivre sa vie il faut en connaître les racines, je suis sincèrement très heureuse (et même un brin émue) de vous présenter ces deux ouvrages que j’ai découvert avec un énorme bonheur et que je déposerai au pied du sapin pour mes chers parents : « Mamie, parle-nous de toi » et « Papy, parle-nous de toi ».

D’ailleurs, je suis tellement bouleversée d’avoir trouvé ces deux ouvrages que je m’empresse de vous en parler car, oui, vraiment, ces deux livres sont des livres qui font du bien. Ce sont même plus que de « simples » livres : ce sont des livres pour préserver les souvenirs.

Et même plus que cela encore : je vois en effet ces deux ouvrages comme un fil magnifique tendu entre l’avenir et mes enfants (et les enfants de mes enfants) et notre passé.

Dis papa (ou dis papy), parle-nous de ton père. Fais le (re)vivre par les mots.

C’est donc un peu comme pour préserver un héritage familial que je vais offrir ces ouvrages à mon papa et ma maman, en leur disant, écrivez-le avec le coeur pour moi, bien sûr, pour mes frères et soeurs, aussi, mais surtout pour vos petits enfants. Un peu comme on laisse une trace de soi, une oeuvre pour les générations futures. Un peu comme une voix et des souvenirs qui ne disparaîtront jamais. Un peu, enfin, pour faire revivre les rires, les moments, les regards, les voix de ce qui nous ont quitté et de tous ces beaux moments passés.

Mettre (ou remettre) des visages sur les noms de ceux qui nous ont précédés

Vous l’avez donc compris, ces deux ouvrages « Mamie, parle-nous de toi » et « Papy, parle-nous de toi » ne sont pas seulement à lire. Mais bien plus à s’approprier pour se raconter et faire revivre les souvenirs.

A chaque page, mamie et papy sont donc invités à remonter le fil de leurs propres souvenirs. A raconter les souvenirs de leurs enfants, de leurs passe-temps favoris. A raconter leurs étés, leurs vacances. A raconter leurs rêves d’enfants, leurs joies mais aussi leurs peines, leurs vies avec leurs propres parents, les activités qu’ils faisaient ensemble. A raconter leur vision de l’école, comment ils en sont arrivés à travailler à tel ou tel endroit, comment ils se sont rencontrés. A raconter les événements qui les ont marqué, mais aussi à raconter la vie quotidienne d’avant comme, par exemple, combien coûtait un litre de lait lorsqu’ils étaient enfants ?

La vie d’antan qui rejaillit au détour d’une page…

Et puis, comme la vie ne cesse de tourner, ces deux livres sont aussi des flambeaux que l’on se passe de génération en génération. Alors, au fil des pages, mamie ou papy sont invités à évoquer la vie de famille qu’ils ont eu avec leurs propres enfants, mais aussi des anecdotes, des moments marquants de cette vie de parents. Comme on remonte le temps, ils peuvent aussi évoquer des moments plus tristes comme : qu’as-tu ressenti lorsque tes enfants ont, comme toi avant, quitté ta maison pour voler de leurs propres ailes ?

Bien sûr, ces deux livres étant construits comme des témoins de vie, ils invitent aussi la mamie ou le papy à évoquer leurs petits-enfants. Combien sont-ils ? Comment s’appellent-ils ? Ressemblent-ils à leurs parents ? Que partagez-vous avec eux ?

De jolies pages, tout en délicatesse et en tendresse, pour faire remonter les souvenirs

Enfin, parce que ces deux livres sont en quelque sorte des journaux intimes témoins de vie, mamie et papy ont aussi de nombreuses pages pour évoquer leurs vies amicales, leurs regards sur le monde qui change, leurs sensations par rapport à la vie, leurs rêves, leurs tristesses, leurs espoirs, leurs souhaits… Bref, l’idée étant qu’ils parlent aussi d’eux aujourd’hui, au XXIè siècle.

Un jeu adoré de nombre d’enfants des années 70/80 pour retrouver les sensations de cette époque

Vous l’avez compris, j’ADORE ces deux ouvrages « Mamie, parle-nous de toi » et « Papy, parle-nous de toi » ! Et je me dis même : mais pourquoi a-t-il fallu attendre aussi longtemps pour que quelqu’un ait l’idée génialissime de les concevoir ? D’ailleurs, mention spéciale à Monika Koprivova, l’auteure. Merci Madame !

Enfin, pour terminer (et vous laissez un peu de temps pour filer vous les procurer), ce qui me plait aussi dans ces deux livres, c’est qu’ils peuvent être utilisés par la mamie et le papy à leur guise. En effet, la couverture est assez épaisse, les pages assez résistantes, la taille des livres suffisamment grande pour pouvoir contenir des ajouts personnels comme des photos, des petits papiers souvenirs, des tickets, des petits éléments comme une mèche de cheveux ou un petit bout de bois… Ou que sais-je encore…Et ça, c’est à mes yeux très important car chaque personne qui reçoit ce livre va pouvoir le faire vivre en fonction de son propre regard sur la vie.

C’est donc avec vraiment beaucoup de plaisir teinté d’émotion que je vous conseille vivement d’offrir (ou de vous offrir) ces deux ouvrages « Mamie, parle-nous de toi » et « Papy, parle-nous de toi ». Des livres merveilleux pour se redire, au pied du sapin, que la famille c’est essentiel !

Infos pratiques

« Mamie, parle-nous de toi » et « Papy, parle-nous de toi »

Deux livres conçus par Monika Koprivova

Parus le 6 octobre 2018 aux éditions Familium

132 pages

Ecrits en français

Dimensions de chaque ouvrage : 25,8 cm x 31 cm

Prix de chaque livre : 29,90 €

Les petits plus de ces deux livres…

Tout a été pensé pour que ces deux ouvrages,  « Mamie, parle-nous de toi » et « Papy, parle-nous de toi », soient de merveilleux cadeaux.

Deux livres pour évoquer le lien familial liant chaque génération entre elles

Comme par exemple, leur format et leur aspect général qui évoquent les albums d’antan, la couverture épaisse et résistante, le papier qui a été sélectionné pour sa qualité et son fort grammage.

Mais aussi les merveilleuses et délicieusement émouvantes images et photographies évoquant la France d’antan qui aideront à éveiller les souvenirs tout en laissant suffisamment de place pour ajouter ses propres photographies et documents.

Et bien sûr, les nombreuses questions judicieuses pour aider mamie et papy à faire renaître leurs souvenirs, tout en douceur, tout en respectant leurs propres émotions et leurs regards si précieux sur la vie.

Retrouvez d’autres infos sur ces deux ouvrages et d’autres idées cadeaux sur Familvium via => https://www.familium.fr

Retrouvez EVE MAG sur Facebook via le lien =>  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Crédit photos : Familium et Eve Mag

Découvrez un livre vraiment différent : « La grande famille »

J’adore les livres, j’adore lire, et j’adore faire découvrir de nouvelles histoires à ma marmaille. C’est pourquoi je profite toujours du temps qui ralenti en période de vacances pour m’installer en famille (sur la terrasse au début de ces vacances de la Toussaint et au coin du feu depuis hier matin) avec un bon livre.

Alors voici, juste pour vous, une sélection de livres « coups de coeur » que j’ai découvert ces derniers jours avec mes petits et grands lutins et que je m’empresse de vous présenter !

Et voici un livre vraiment différent, une histoire que j’ai a-do-ré : « La grande famille ».

« La grande famille »

Simon est un chaton tout mignon mais un brin têtu : lorsqu’il a une idée nichée dans sa petite tête, il l’a défend avec force.

Et une idée, il en a une, et une sacrée, qui fait hurler de rire les grands fauves : Simon le petit chaton tout mimi est en effet persuadé d’être de la famille des félins !

Prenant son courage à deux (petites) pattes, il l’annonce donc très fièrement au lion, au puma, au tigre, à la panthère et au guépard qui… hurlent de rire.

Et chacun y va de son explication pour persuader Simon qu’il est tout sauf un félin. Il suffit de se comparer tout de même !

Simon est persuadé d’être un… félin !

Simon n’émet en effet aucun grognement effrayant, il n’a pas non plus une petite touffe au bout de sa longue queue, il ne possède même pas de crinière comme le lion. Il est aussi plutôt rondouillard, rien à voir donc avec l’allure élancée et féline (justement) du guépard. Et puis, le chaton ne vit pas dans les montagnes et ne fait peur à personne renchérit le puma. D’ailleurs, ils est gris et non pas orange lui explique aussi le tigre. Bref, chacun des félins y va de sa litanie de différences évidentes entre eux et Simon pour prouver à ce chaton très têtu que non, vraiment, il n’appartient pas à leur famille des félins.

Mais je vous l’ai dit, Simon le chaton est très, très, très têtu…

A peine décontenancé par toutes ces explications sur les différences entre lui et les félins, le chaton s’assoit alors fièrement en face d’eux pour leur prouver qu’une famille est faite de différences et de points communs, souvent moins évidents à voir. Et c’est même cela qui fait la force d’une famille. Et oui ! les félins sont en effet très différents les unes des autres mais aussi très semblables.

Alors, parce que Simon possède lui aussi des moustaches, des griffes au bout de ses pattes ou des yeux qui voient dans la nuit, il est aussi un félin, en plus petit.

Simon ? Un félin ? Une affirmation qui fait hurler de rire les grands fauves

Alors, face à cette explication très logique, le lion, le puma, le tigre, la panthère et le guépard sont bien embêtés… Car ce petit chaton leur ressemble en fait, un peu, beaucoup même. C’est donc maintenant une certitude, Simon est lui aussi un félin !

Et comme toujours dans les jolies histoires, c’est en passant une folle (et épuisante aussi) journée à jouer ensemble que se termine ce très beau livre sur l’acceptation de la différence, sur cet autre qui nous ressemble, sur la force de l’amitié.

Mention spéciale enfin aux illustrations de l’auteure, Galia Bernstein, qui sont d’une drôlerie et une poésie sublimes.

J’adore les expressions particulièrement bien croquées des personnages de cette histoire

Infos pratiques

« La grande famille »

Dès 3 ans

Galia Bernstein

Paru en août 2018 aux éd. Nathan

32 pages

Prix : 11,50 €

Retrouvez EVE MAG sur Facebook via le lien =>  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Crédit photos : Editions Nathan 

Et c’est ensemble, par delà les différences et les apparences, que se termine ce magnifique livre

Et si on retrouvait l’authenticité d’une éducation calme ?

« Slow », un ouvrage qui vient de paraître aux éditions Nathan

Je suis certaine que toutes et tous, épuisés par une journée infernale, nous avons rêvé de ralentir le rythme. A commencer par le rythme de fou que nous imposons à nos enfants. Oui mais voilà, de la théorie à la pratique, il y a un pas (et un sacré pas de géant). Pour ma part, c’est donc par petites touches que je tentais de ralentir, mais sans forcément que cela soit très concluant…

Mais depuis quelques semaines, j’ai découvert un livre vraiment différent, un livre qui (et ma marmaille le confirme autour de moi) m’a permis de trouver de vraies astuces simples pour ralentir et retrouver le temps de partager avec mes enfants au quotidien. Ce livre (qui porte merveilleusement bien son nom) s’appelle « Slow ».

En fait, « Slow » est même plus qu’un livre, c’est plutôt la parole délicate et bienveillante d’une maman, Isabelle Huiban, qui vit au quotidien avec ses trois enfants une éducation inspirée par la pédagogie Steiner Waldorf. C’est surtout un livre « à tiroirs »dans lequel il est passionnant de puiser une foultitude d’idées pour mieux vivre son quotidien en famille, que l’on soit en ville ou à la campagne, mère ou père travaillant ou au foyer.

Bref, sans forcément adopter le mode de vie de l’auteure, j’ai aimé cette possibilité de m’inspirer de ses conseils pour les reproduire ensuite à ma sauce personnelle.

Vivre au rythme des saisons est un vrai moyen de se reconnecter en famille avec la nature.

Mais au fait, qu’est-ce que cette pédagogie Steiner Waldorf ? 

Pour faire simple, cette pédagogie est fondée sur la liberté, le retour à la nature, l’amour, l’enthousiasme, la confiance, le calme, la sérénité. En opposition avec l’ambition, la crainte, la perte de repère et la compétition trop souvent reine dans notre société.

Mais pour revenir à ce livre, plutôt qu’un long discours, je vous propose de le découvrir à travers les très belles illustrations de l’auteure, Isabelle Huiban.

A chaque mois une couleur, pour mieux appréhender le temps qui passe et le rythme biologique de chaque mois.

C’est en famille et avec beaucoup de minutie que nous avons choisi dans notre maison le lieu où installer notre « table des saisons ». Et, depuis quelques semaines, c’est en peu de la nature qui est entrée dans notre salon.

Bien sûr, au départ, mes enfants ont été quelque peu étonnés de ces nouveaux « jouets » en bois. Mais désormais, l’écurie, la ferme et la maison de poupée sont maintenant leurs jeux préférés !

Repenser ses produits ménagers, c’est en fait assez facile et beaucoup mois onéreux.

Le feu de cheminée, la flamme d’une bougie… C’est autour de ces petites lumières qui réchauffent que la cellule familiale se retrouve.

Lire une histoire avec une petite bougie allumée près de soi… Un moment de détente absolu avec les enfants !

Retrouver la simplicité et l’authenticité pour rythmer la vie, voilà ce que j’ai le plus compris dans ce livre « Slow ».

Pourquoi j’aime ce livre (et pourquoi je le refile à toutes mes amies) ?

Retrouver les plaisirs simples du jeu…

Comme je vous le disais plus haut, ce que j’ai adoré dans ce livre « Slow », c’est que ce n’est pas un énième guide compliqué, mais plus un ouvrage de conseils vécus que chacun d’entre nous pourra utiliser ou pas, adapter à sa propre vie, améliorer même, ou simplement suivre naturellement.

Bref, sans bouleverser totalement mon mode de vie, sans quitter mon travail, en laissant mes enfants à l’école ou à la crèche, j’ai réussi à améliorer de nombreux moments et gestes de la vie quotidienne, j’ai surtout compris l’importance de, au moins par moment, RALENTIR pour PROFITER et SAVOURER en FAMILLE. Et ça, ça chance beaucoup de choses !

L’auteure en quelques mots…

Isabelle Huiban est maman de trois enfants. Elle vit au quotidien l’éducation Steiner-Waldorf, jusqu’à instruire à la maison.
Fondatrice du blog journaldeschamps.fr, elle partage quotidiennement son savoir et ses bons conseils auprès de sa communauté.

Elle est également créatrice de poupées en laine Waldorf et d’accessoires en bois pour les tout-petits, en vente sur son site mainsdelaine.fr

Ce livre « Slow » est le fruit de deux ans de travail, dans lequel elle partage ses conseils et beaucoup de ses (magnifiques et touchantes) photos.

Informations pratiques

… qui favorise l’imaginaire.

« Slow »

Sous titre : 50 idées et activités pour une enfance naturelle, inspirées par la pédagogie Steiner-Waldorf

Paru en septembre 2018 aux éd. Nathan

205 pages

Dimensions : 20 cm x 14,5 cm

Prix : 12,95 €

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien :  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Crédit photos : éditions Nathan

Une table des saisons automnale

Et si l’agenda donnait le Smile ?

Agenda Smiley 2018-2019

Les émoticônes sont de petites représentations de nos émotions du moment. Et des émotions, les élèves de tous les âges qui vont retrouver le chemin des cours dans quelques jours vont en vivre beaucoup, diverses et variées, pondant toute une année scolaire !

C’est pourquoi j’adore ce nouvel agenda Smiley 2018-2019 car il donne la pêche et mise sur l’émotion souriante de ces drôles de petits dessins.

Très coloré et particulièrement joyeux, cet agenda va donner le Smile à toute la famille !

Du Smile à toutes les pages et toutes les sauces… 

Comme son nom l’indique, cet agenda Smiley 2018-2019 fait la part belle aux émoticônes sur le thème du Smile que l’on retrouve un peu partout à toutes les pages avec un fil rouge : l’humour, le décalé, l’étonnant, le fun.

Chaque page de devoirs arrache donc (au moins) un sourire et donne la pêche. Et ça, c’est très positif pour l’émotion avant de commencer un devoir de math, une version en anglais ou une dissertation de philo !

Un agenda très bien pensé !

Ce nouvel agenda Smiley 2018-2019 mise donc sur l’émotion positive et sur le savoir faire des éditions Les Livres du Dragon d’Or qui n’est plus prouver. Très fonctionnel, original, étonnant, joyeux et coloré, j’adore leur série d’agendas pour cette rentrée scolaire.

J’aime particulièrement leurs pages en papier épais qui ne se déchireront pas à la moindre manipulation.

Des couleurs pétillantes, de la joie, de la bonne humeur : le cocktail gagnant pour une année scolaire réussie !

J’aime aussi les premières pages très pratiques qui offrent toute la place nécessaire aux jeunes pour indiquer ses coordonnées, son emploi du temps par semestre… Des premières pages qui offrent aussi une foule de renseignements : les événements à ne pas manquer, les activités que votre enfant va pratiquer cette année, un calendrier de l’année scolaire trimestre par trimestre qui débute, une double page très claire et aérée pour que chacun (parents comme élèves) assimile vite qui est prof de quoi (ce qui, convenons-en, n’est pas toujours facile à intégrer)…

J’aime vraiment la disposition de chaque page de l’agenda à proprement parler qui fonctionne en un jour sur une pleine page. Chaque page étant en plus présentée avec les heures de cours pour une organisation plus facile des devoirs.

J’aime surtout les nombreux petits plus (bien pensés) de leur agenda : les dates écrites en gros, le nom des saints associés à chaque dates (pour n’oublier la fête de personne), les nombreuses pages prévues pour des « notes » où le jeune pourra dessiner, écrire quelques mots « pense bêtes » pour les événements du mois… Bref, noter tout ce qu’il ne doit pas oublier !

Et si l’apprentissage des verbes irréguliers devenait un plaisir ?

J’aime les dernières pages très pratiques et très utiles avec, par exemple, les (fameux et terribles) verbes irréguliers anglais (ça peut servir et sauver des soirées de devoirs….).

Mais aussi les verbes irréguliers en allemand (toujours utiles), et, dans le même style, un rappel assez conséquent de la conjugaison en espagnol (qui peut, là-aussi, sauver des vies….).

Enfin, j’adore les dernières pages de répertoire où il sera facile de noter les coordonnées d’amis.

Et puis je suis fan des dernières pages très ludiques avec toute une partie où votre enfant pourra gribouiller ses humeurs du moment, avant de plonger avec délice dans le petit dico très sympa des Smiley.

Des pages aérées pour avoir vraiment la place d’écrire

Bref, avec cet agenda Smiley 2018-2019, je vous promets une année Smilante (si !!! on va bien rire en faisant ses devoirs !!!!)

Infos pratiques 

Agenda Smiley 2018-2019

Par Smileyworld

Paru chez Les Livres du Dragon d’Or Editions en juin 2018

400 pages

Dimensions : 12,4 x 2,1 x 17,5 cm

Prix : 7,95 €

Un répertoire joyeux pour terminer en beauté cet agenda

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Merci aux éditions Les Livres du Dragons d’Or pour cet envoi.

Ne jetez plus vos graines de melon ! Préparez un délicieux accompagnement à grignoter pour l’apéritif !

Ne jetez plus les pépins de melon !

Le melon est l’un des produits phares de l’été ! Bon pour la santé (le melon est en effet riche en vitamine B, en antioxydants, en sels minéraux et en protéines), le melon peut aussi se décliner de multiples façons. Mais savez-vous que même les petites graines de melon sont délicieuses ?

Et voici une petite recette que j’ai testé hier avec mes amis. Une recette toute simple qui les a régalé, étonné et surtout séduit !
Ce qu’il vous faut pour préparer cet apéritif aux pépins de melon à grignoter :
  • Un melon
  • Une pincée de sel (aromatisé ou classique)
  • Et, si vous le souhaitez, des épices, des piments, des graines de Sésame, des graines de tournesol, des olives…

La recette (simplissime en plus) : 

Les pépins de melon sont faciles à récolter avec une cuillère

Lorsque vous découpez votre melon, ne jetez plus les pépins (au coeur du melon), mais réservez-les dans un récipient.

Nettoyez ensuite graines de la pulpe de melon. Personnellement, je les ai déposé dans une passoire et j’ai, avec de l’eau et mes doigts, retiré la pulpe qui était restée accrochée aux pépins.

Puis, avec un chiffon propre, ou un torchon, ou du Sopalin, essuyez les graines.

Vous pouvez les réserver quelques heures dans un récipient hermétique ou les poêler directement. Surveillez bien la cuisson pour ne pas qu’elles brûlent. Personnellement, j’ai poêlé mes graines à feux doux en surveillant et en remuant avec une spatule en bois pendant cinq petites minutes.

Et pourquoi ne pas tester cette recette avec une autre variété de melon comme le Galia ?

Une fois grillées, j’ai versé les graines dans un joli bol et j’ai ajouté une petite poignée de sel (la grosseur de la poignée dépendant de votre goût par rapport au salé). J’ai choisi du sel de Camargue aromatisé aux piments (un petit souvenir gustatif de vacances), mais vous pouvez aussi mettre du sel « classique ».

Pour le goût, j’ai ajouté dans le bol quelques petits morceaux de piments d’Espelette et des graines de Sésame. Et là, toutes les envies et toutes les folies sont permises pour personnaliser vos plats !

Et c’est tout ! Il ne reste plus qu’à déguster et épater ses convives !

Dernier petit truc, j’ai très envie de tester cette recette toute simple avec d’autres pépins comme les graines de courge ou de potiron dès cet automne.

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=