« Equateur », un roman d’aventure qui va vous emporter très loin…

Fermez les yeux quelques instants… Et imaginez vous sur le sol américain, loin, très loin, dans les immenses plaines encore presque vierges de la seconde moitié du XIXe siècle.

C’est en fait l’invitation que nous fait Antonin Varenne dans son roman époustouflant « Equateur ».

Et après l’étonnant « Trois mille chevaux vapeur » (un livre que j’avais adoré), l’auteur confirme véritablement avec « Equateur » sa maestria pour nous concocter des romans passionnants et novateurs, à mi chemin entre le roman d’aventure, le polar, le western, le roman de guerre et, aussi, le roman qui vous chamboule intérieurement.

 

Une histoire délicieusement haletante…

Et c’est en découvrant le personnage central de ce roman, de son vrai nom Pete Ferguson (mais qui se fait appeler Billy Webb), que l’on prend conscience du côté étouffant et prenant de ce roman aux accents de polar. Car Pete est tout sauf un homme tranquille.

En fuite, il fuit le monde des hommes qui le poursuit mais il fuit aussi sa propre vie. Errant, perdu et acculé, il atterri donc presque par hasard dans le Far West américain qui vibre et s’étourdit, secoué par la fièvre de l’or. Là, dans ces villes qui se créent au moindre filon de pépites et disparaissent tout aussi vite, là, dans ces grandes plaines dont l’immensité résonne désormais du passage des trains à vapeur, Pete se fait embarquer plus ou moins malgré lui dans ce tourbillon, cette fièvre de l’or.

Il laisse alors derrière lui les bisons et la chasse dangereuse, pour mettre le cap sur le Mexique puis le Guatemala. Avec un but ultime : rejoindre l’Equateur. Cet Equateur qui le fait rêver, qui semble être pour lui le lieu de la rédemption, de l’oubli, d’une renaissance.

 

Une invitation aux voyages…

C’est donc la pérégrination d’un homme que l’on va suivre au fil des pages, s’extasiant ainsi devant des paysages somptueux, dans une nature qui souvent nous dépasse. Et oui, franchement, avec « Equateur », c’est une odyssée américaine à laquelle nous invite l’auteur, le tout magnifiée par son écriture riche, luxuriante et précise.

L’auteur

Au fil des pages (que l’on a du mal à quitter), on imagine la luminosité du ciel, la moiteur de la terre, l’odeur des chevaux et de la poudre, la beauté de l’or, la fièvre des hommes, les couleurs des pays traversées… C’est étourdissant et envoûtant à la fois !

 

Pourquoi j’aime ce livre ?

Dans cette histoire qui va aussi vite que ce continent américain en plein bouleversement, j’ai aimé découvrir la vie de ce héros qui n’en est pas un, de ses rencontres (particulièrement l’indienne Xinca, Maria), de ses peurs, ses espoirs… J’ai aimé aussi cette notion de quête, de quête absolue, enivrante.

« Equateur », c’est un roman étonnant, très bien écrit, qui ne connaît aucun temps mort, nous embarque du début à la fin avec un final ô combien puissant.

Bref, « Equateur », c’est une balade forte dans le temps à vivre sur le continent américain !

 

Infos pratiques

« Equateur »

De Antonin Varenne

Paru en mars 2017 aux éd. Albin Michel

350 pages

Dimensions : 22,5 cm x 15,5 cm

Prix : 20,90 €

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s