Comment aider votre enfant à ne plus avoir peur de l’obscurité ?

cauchemarsiiRares sont les enfants qui échappent à la peur de l’obscurité…

Mais pour les parents, c’est toujours une mauvaise surprise. Car, alors que votre bébé s’endormait sagement en écoutant les bruits de la maison ou en gazouillant dans son lit, soudainement, sans forcément de raisons précises, il refuse désormais de rester seul dans sa chambre ou réclame qu’une lumière reste allumée…

Comment faire ? Comment expliquer ce comportement soudain ?  Comment l’aider à apprivoiser cette nuit qui le terrifie ?

 

Comment expliquer cette peur de la nuit ?unknownt

C’est très souvent entre 2 et 5 ans que se manifeste chez les enfants la peur de l’obscurité. Une angoisse qui peut même perdurer plus longtemps.

Mais comment expliquer cette soudaine peur incontrôlable ?

En fait, vers 2 ans, l’enfant commence à appréhender son environnement et, dans la nuit, il lui devient alors impossible de le contrôler et l’envisager comme en plein jour.

C’est aussi à cette période que l’enfant commence à faire ses premiers cauchemars… De là à imaginer des monstres cachés dans la chambre, il n’y a alors qu’un pas.

 

Mais d’où le viennent ces cauchemars ?

unknownrIls sont tout d’abord le fruit des émotions que l’enfant a plus ou moins bien géré (ou refoulé) dans la journée : une petite contrariété, votre voix qui hausse le ton pour une bêtise, le sentiment d’abandon lorsque vous l’avez « laissé » chez nounou (…) sont autant de petits « traumatismes ».

Et puis il y a aussi, les images qu’il peut avoir vu à la télévision dans la journée, les mots qu’il peut avoir entendu, les histoires de monstres tirés des livres ou des comptines qui lui font soudainement très peur.

Et puis, vers 2 ans, c’est aussi la pleine période du début des réveils nocturnes : votre enfant se mettant à crier, pleurer ou vous appeler en pleine nuit parce qu’il s’est réveillé et à peur.

 

Comment expliquer ces réveils ?unknowny

Ils peuvent être liés aux cauchemars et aux angoisses de la journée, mais aussi à doudou que l’on ne retrouve plus dans la nuit, à sa tétine qui est perdu, à un bruit qui fait soudain très peur, à son lit que bébé ne reconnaît plus…

Bref, loin d’être un environnement propice au sommeil, l’obscurité devient, pour l’enfant, un vaste piège qui le désoriente et l’effraie.

 

Comment réagir ?

Vous fâcher (même s’il est 3 heures du matin…) ne fera qu’ajouter de l’angoisse et la peur de l’obscurité de votre enfant…

imagesLe plus simple sur le moment est donc plutôt d’allumer une lumière de sa chambre, de vérifier avec votre enfant qu’il n’y a ni monstre, ni sorcière, ni dragon derrière le rideau ou dans le coffre à jouets, de lui expliquer que les bruits qu’il entend ne sont que le vent, la pluie, une chouette…

Bref, de dédramatiser, de rassurer et d’expliquer très simplement que ce qui lui fait peur n’existe pas vraiment.

Si les peurs de la nuit se multiplient au fil des soirées, installez une petite veilleuse dans la chambre de votre enfant ou prenez l’habitude de laisser la lumière du couloir allumée la nuit. Personnellement, l’un de mes enfants a toujours avec lui une petite veilleuse baptisée « cœur de lumière ». Cette petite lumière lui permettant de ne plus être dans l’obscurité totale, mais dans une douce pénombre rassurante.

 

Apprivoiser la peur pour mieux la dépasser…imagesttu

Ce n’est donc pas en pleine nuit, ou en pleine crise de larmes qu’il va falloir agir pour dédramatiser ces peurs nocturnes, mais beaucoup plus le lendemain, lors d’un temps calme. L’idée étant d’aider votre enfant à mettre des mots sur sa peur pour mieux l’apprivoiser et réussir ainsi à la comprendre et la vaincre.

Cela passe donc par le dialogue, souvent d’ailleurs s’étalant sur plusieurs jours et même semaines…

Comment ? En aidant votre enfant à identifier son stress. En lui montrant aussi que vous prenez ses peur au sérieux sans les dramatiser pour autant. En l’aidant à trouver lui-même des réponses. Par exemple : il n’y a pas de dragons dans ma chambre car ils ont peur du chien ou car ils n’existent pas…

unknownpppAutre point important, montrez à votre enfant qu’il n’est pas le seul à avoir eu peur en disant par exemple : « Moi aussi, tu sais quand j’étais petit(e)… ». En évoquant vos inquiétudes d’enfant, que lui ne partageait pas forcément, votre enfant se sentira plus fort.

Aidez-le aussi en l’encourageant à évoquer une peur qu’il avait et qu’il a su dépasser. Par exemple dormir chez nounou, ou plonger dans le grand bain de la piscine avec ses bouchons bien sûr…

Le soir, au coucher, chantez avec lui une comptine ou racontez une histoire que vous inventerez et dans laquelle il sera capable de vaincre ses peurs. Optez aussi pour la lecture de livres d’enfants sur le thème des peurs.unknownuuuu

Enfin, avant de laisser votre enfant s’endormir, montrez lui sa petite veilleuse ou l’interrupteur de la lampe de chevet…

 

Un petit livre de Dora pour ne plus avoir peur de l’obscurité  « Babouche a peur du noir »

C’est avec ce petit livre assez récent, « Babouche a peur du noir », que j’ai réussi à dédramatiser les peurs nocturnes de mon plus jeune bambin. Chaque soir, pendant une bonne quinzaine de jours, nous avons donc retrouvé le petite Babouche, le fidèle ami de Dora, qui, comme mon poussin, a très peur de l’obscurité.

"Babouche a peur du noir"

« Babouche a peur du noir »

En effet, une fois la lumière éteinte, Babouche a peur, très peur de la nuit : il ouvre alors de grands yeux ronds, croyant distinguer des formes étranges et effrayantes qui l’empêchent de s’endormir. Il a tellement peur qu’il entend même des bruits étranges…

Heureusement, Dora, l’amie des enfants, est là pour rassurer son copain le petit singe. Avec l’aide de l’étoile lumineuse, elle apporte à Babouche une veilleuse apaisante pour l’aider à passer une bonne nuit avec doudou et ne plus jamais avoir peur de l’obscurité.

Merci donc à la petite Dora qui a aidé mon petit bonhomme à gérer sa peur de l’obscurité, l’étoile lumineuse se transformant chez nous en une petite veilleuse qui, comme Babouche, rend la nuit plus douce.

« Babouche a peur du noir »

Paru en novembre 2016 aux éd. Albin Michel Jeunesse (coll. « Je grandis avec Dora ») – 24 pages – Dimensions : 16,8 cm x 16 cm – Dès 2 ans – Prix : 4,90 €.

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

unknown

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s