Avec « Ritzy », partez sur les traces de César Ritz, le créateur du célèbre palace !

Le Ritz, au 15 place Vendôme à Paris

Le Ritz, au 15 place Vendôme à Paris

R-I-T-Z.

Quatre lettres et une adresse, 15 place Vendôme. Symbole de luxe et de raffinement à la française. Dans ce palace, les étoiles et les grands de ce monde se croisent, s’aiment, découvrent, rient, pleurent, se perdent et se retrouvent depuis plus d’un siècle.

Mais qui se cache derrière ce lieux si prestigieux et emblématique de la capitale française ?

Et bien c’est ce que propose de découvrir le magnifique et exaltant roman biographique « Ritzy » de Pauline-Gaïa Laburte. Un ouvrage qui vient de paraître aux éditions Albin Michel et que je viens de, véritablement, dévorer.

Car « Ritzy » n’est pas une « simple » biographie… C’est un roman biographique qui va à un rythme effréné, aussi effrénée d’ailleurs que la vie de César Ritz, l’homme qui donna son nom à l’un des plus grands palaces au monde.

César Ritz, le Suisse qui a révolutionné le monde du luxe

César Ritz, le Suisse qui a révolutionné le monde du luxe

 

L’autre grand César…

Il faut croire que César est le nom des hommes aux destinés incroyables…

Car c’est aussi un César, Ritz celui-là, qui est encore aujourd’hui considéré dans le monde de l’hôtellerie de luxe comme le roi des hôteliers et l’hôtelier des Rois.

Véritable génie des affaires, touche à tout tourbillonnant et infatigable, perfectionniste à l’extrême, avant-gardiste, César Ritz n’a jamais douté de lui. Arrivant de son petit village niché dans les montagnes suisses pour conquérir la capitale française et le monde de luxe, il est aujourd’hui encore le Père du luxe à l’état pur.

Et l’histoire de César Ritz est romanesque à souhait : dernier d’une famille assez pauvre de treize enfants, il passe une enfance paysanne auprès des vaches dans les alpages.

imagesEtudiant chez les jésuites, sa mère le rêve peintre, mais ses études plus que décevantes le « condamne » à devenir sommelier dans un petit hôtel. Pourtant, là encore, son côté maladroit et peu investi ne colle pas avec le métier, au point que son premier patron lui explique rapidement qu’il n’est pas fait pour l’hôtellerie… Bref, rien vraiment ne prédestinait César à devenir Monsieur Ritz.

Mais comme très souvent dans les épopées romanesques, César ne renonce pas et, au contraire, monte à Paris en 1867 pour l’Exposition Universelle. Embauché comme « homme à tout faire » à l’Hôtel de la Fidélité (ça ne s’invente pas !), il cultive toujours son rêve : celui de régner un jour sur le monde de l’hôtellerie.

Une rencontre (comme très souvent dans ce genre d’histoire) va alors marquer la vie de César : celle avec Auguste Escoffier, le mentor de la gastronomie de l’époque, le père de la cuisine moderne à la française et de la diététique.

La guerre franco-prussienne de 1870, loin de mettre un coup d’arrêt aux ambitions de César, lui donne au contraire encore plus d’envies de mordre la vie.

Les chambres du Ritz où césar voulait que les Princes se sentent comme chez eux

Une chambre du Ritz où César voulait que les Princes se sentent comme chez eux

Et j’ai adoré la vision de cette époque renaissant au fil des pages à travers la vie passionnante de cet homme. Une épopée qui m’a fait beaucoup penser au livre « Au bonheur des Dames » de Zola. Car César Ritz est lui aussi en avance sur son temps : particulièrement en matière de conception d’un hôtel, d’hygiène, de décoration, de luxe…  Autant d’éléments ingénieux et créatifs qui ont fait toute la différence et ont permis à Ritz de réinventer l’hôtellerie.

 

Des petits détails qui redonnent vie à une époque

Et ce que j’ai véritablement adoré dans cet ouvrage « Ritzy », c’est que son auteure, Pauline-Gaïa Laburte, s’est énormément documentée pour coller au mieux à cette fin du XIXe siècle si passionnante.

Au fil des pages, je me suis donc fait happer dans un délicieux voyage dans le temps, loin, dans les couloirs de ce Ritz naissant… Me laissant guider par les notes de musique du piano installé dans le bar de l’hôtel, osant monter dans les premiers ascenseurs, savourant l’arrivée de l’eau chaude qui coulait dans chaque salle de bain de l’hôtel, m’extasiant en découvrant l’électricité dans chaque chambre … Bref, me prenant vraiment pour une cliente de l’époque.

Une luxueuse salle de bain du Ritz où l'eau chaude coulait dans chaque chambre

Une luxueuse salle de bain du Ritz où l’eau chaude coulait dans chaque chambre

Et puis, j’ai aimé me retrouver dans cette époque extraordinaire de créations, tant pour la préparation de l’Exposition Universelle de Paris que celle de Vienne. En croisant, au détour d’un chapitre, les grands de l’époque, de Bismarck au futur roi Edouard VII en passant par l’Empereur Guillaume… Des Grands de ce monde que César a eu l’intelligence de fréquenter et de fidéliser.

A force de détails, l’auteure redonne donc vie à cette époque incroyable. Une époque où les plus grandes folies semblait permises. Quelques anecdotes du livre résument d’ailleurs  tout à fait l’ingéniosité de Ritz, cet homme incroyable : cela se passe à l’Hôtel National de Lucerne pour un mariage important, César Ritz à l’idée géniale de créer pour une seule soirée un jardin extraordinaire avec des jeux d’eau éclairés pour surprendre et étonner les invités. Autre idée folle et révélatrice, cela se passe cette fois-ci à Londres, au prestigieux Savoy, dont il décide d’inonder la cour pour faire voguer des gondoles… Et il était ainsi, César Ritz, aimant la démesure, le grandiose, le spectacle… Le luxe suprême.

"Le Dîner à l'hôtel Ritz", une peinture de Pierre Georges Jeanniot

« Le Dîner à l’hôtel Ritz » (1904), une peinture de Pierre Georges Jeanniot

Bref, « Ritzy » est un merveilleux livre pour voyager dans le temps sur les traces d’un homme hors du commun dont le nom de famille, Ritz, reste aujourd’hui encore le signe du luxe par excellence.

 

Coïncidence étrange…

Pour son ouverture, Ritz voulait que son hôtel soit " le dernier cri de l'élégance, le premier hôtel moderne de Paris, hygiénique, confortable et beau ".

Pour son ouverture, Ritz voulait que son hôtel soit « le dernier cri de l’élégance, le premier hôtel moderne de Paris, hygiénique, confortable et beau »

Après un vaste chantier de rénovation entrepris en août 2012, le Ritz devait rouvrir fastueusement en mars prochain. Mais un récent incendie a partiellement détruit le dernier étage et la toiture, repoussant l’ouverture de quelques mois, très certainement le 1er juin…

Une jolie date d’ailleurs puisque le Ritz a ouvert le 1er juin 1898.

 

L’auteure en quelques mots…

Pauline-Gaïa Laburte, après avoir étudié la philosophie, le management de la culture à l’Ecole du Louvre et à HEC, est consultante en stratégie pour un grand cabinet de conseil. Elle anime un blog de critiques littéraires et la rubrique livres d’un mensuel luxembourgeois.

L'auteure

L’auteure

« Ritzy » est son premier roman.

Pauline-Gaïa Laburte, pour son roman « Ritzy », fait partie de la deuxième sélection du Prix du roman historique des lecteurs de la ville de Levallois 2016.

 

Infos pratiques

Unknown« Ritzy »

Pauline-Gaïa Laburte

Paru le 4 février 2016 aux éd. Albin Michel

208 pages

Dimensions : 20,5 cm x 14 cm

Prix : 17 €

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s