« Je dirai malgré tout que cette vie fut belle », M-A-G-N-I-F-I-Q-U-E !

Jean d'Ormesson

Jean d’Ormesson

Jean d’Ormesson, c’est d’abord un regard.

Un regard bleu limpide, lumineux et rieur sur la vie. Un regard qui vous touche et vous transperce au plus profond de l’âme.

Jean d’Ormesson, c’est une voix.

Une voix calme, posée, chaude et reconnaissable entre toute.

Jean d’Ormesson, c’est surtout un homme de lettres. Un homme passionnant et attachant qui porte sur nos vies, et sa vie, un regard à la fois tendre, décalé et vrai.

Alors, même s’il s’en défend, le très attendu « Je dirai malgré tout que cette vie fut belle » (qui vient de paraître chez Gallimard) sonne un peu comme ses mémoires.

C’est surtout un livre magnifique, un livre porteur d’espoir, un livre dont on ne sort pas indemne.

 

« Je dirai malgré tout que cette vie fut belle », LE livre de Jean d’Ormessonproduct_9782070178292_195x320

Depuis quatre ans, Jean d’Ormesson travaillait sur « Je dirai malgré tout que cette vie fut belle ». Un livre magnifique où chaque mot, chaque virgule, chaque respiration ont été posés.

Et cela se sent, tant l’écriture est belle, envoûtante, passionnée et passionnante.

« Je dirai malgré tout que cette vie fut belle » est donc un livre réfléchi. Un livre qui a pris son temps. Un livre que l’auteur a commencé avant d’être malade, qu’il a poursuivi lentement à l’hôpital (alors qu’il se battait contre un cancer qui, écrit-il avec malice, « l’a vexé »). Un livre qu’il a achevé lorsqu’il était sur la voie de la guérison.

Mais n’allez pas chercher de l’atermoiement sur son sort dans « Je dirai malgré tout que cette vie fut belle », Jean d’Ormesson ne s’en accorde pas, continuant toujours et encore à croquer la vie avec malice, légèreté (d’esprit), lyrisme et ce trait de caractère qui fait, qu’à 90 printemps, il est toujours aussi jeune dans sa tête.
Unknown2C’est donc comme une bulle de pur bonheur que l’on reçoit la lecture de ce délicieux « Je dirai malgré tout que cette vie fut belle », un ouvrage comme jamais encore je n’avais lu et que seul Monsieur Jean d’Ormesson pouvait écrire.

 

Le livre en quelques mots…

Mais comment résumer la vie d’un homme comme lui ?

Et bien je crois que seul Jean d’Ormesson pouvait le faire… Et avec brio en plus.

Dans ce « Je dirai malgré tout que cette vie fut belle », il s’invente donc un procès à lui même -le procès de sa vie en quelque sorte pour en tirer un bilan- remontant ainsi le fil des années en nous entraînant dans un tourbillon littéraire, savoureux et éveillé sur le (presque) siècle qu’il vient de vivre.

Sans fausse modestie, ni fausse pudeur, il ne s’épargne rien (ou presque) dans ce procès de sa vie, croquant avec finesse et cette pointe d’humour si particulière les grands moments (publics mais aussi plus personnels) qui ont jalonné jusqu’à maintenant son existence.Unknown3

De son service militaire chez les paras où il doit sauter en parachute et s’en amuse. A son regard sur sa relation (déchirante) avec son père, un père qu’il cherche encore aujourd’hui à séduire, comprendre et impressionner de façon posthume. En passant par un « hommage » vibrant et sincère à Aragon, qu’il reconnaît (avec sa malice si particulière) « avoir pillé ». Au point de lui emprunter le titre de ce livre, en les tirant du dernier paragraphe du poème « Que la vie en vaut la peine » : « Malgré tout je vous dis que cette vie fut telle Qu’à qui voudra m’entendre à qui je parle ici N’ayant plus sur la lèvre un seul mot que merci Je dirai malgré tout que cette vie fut belle ».

« Je dirai malgré tout que cette vie fut belle », vous l’avez compris, c’est un gros coup de cœur.

Un livre frais comme l’éternel regard jeune de Jean d’Ormesson, un livre drôle, tendre aussi. Une réflexion savoureuse, douce, légère, profonde, sincère et étonnante sur l’existence.

 

L’auteur en quelques mots…

Jean d'Ormesson est Académicien depuis 1973

Jean d’Ormesson a été élu à l’Académie Française en 1973

Impossible de présenter Jean d’Ormesson en quelques mots !

Académicien, écrivain, chroniqueur, journaliste et philosophe, Jean d’Ormesson est né en 1925. Il a longtemps mené de front une carrière de journaliste, principalement au « Figaro », une carrière de premier plan à l’Unesco et sa carrière d’écrivain.

 

Infos pratiques

« Je dirai malgré tout que cette vie fut belle »

Jean d’OrmessonUnknown4

Paru en janvier 2016 en aux éd. Gallimard

496 pages

Dimensions : 143 cm x 20,5 cm

Prix : 22,50 euros

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s