« La mariée était en blanc »… Palpitant !

UnknownLa température extérieure baisse, la neige s’installe, le froid aussi, et nous prend comme des envies de se lover dans le canapé avec un bon livre devant un feu de cheminée…

Et bien voici, juste pour vous, le roman qu’il vous faut pour passer quelques heures de détente agréable : le dernier Mary Higgins Clark, « La mariée était en blanc ».

Un excellent thriller de la reine du suspense qui, une fois de plus, réussit à nous emporter dans son histoire, à nous faire trembler et à nous surprendre.

Car, méfiez-vous des apparences trompeuses dans ce livre où le conte de fée d’Amanda Pierce, la jeune et belle mariée, prend des allures imprévues et inquiétantes…

 

D’agréables retrouvailles…Unknown2

Comme d’agréables retrouvailles, Mary Higgins Clark (qui a écrit ce roman à quatre mains avec Alafair Burke) nous offre la joie de retrouver une connaissance livresque : la jolie Laurie Moran.

La belle et téméraire journaliste Laurie Moran que les fans de Mary Higgins Clark comme moi ont déjà croisé dans « L’affaire Cendrillon ». Et comme le temps a passé depuis cette première affaire, c’est donc avec bonheur que l’on reprend le fil littéraire avec Laurie qui, elle-aussi, a quelques années de plus.

Certes, elle est toujours aux commandes de l’émission de télé-réalité « Suspicion », mais son programme a grandi, fort de ses excellentes audiences. Elle travaille toujours de concert avec ses fidèles et truculents assistants, Jerry et Grace. Ainsi qu’avec le bel avocat Alex Buckley qui est devenu plus qu’un ami pour Laurie.

On retrouve aussi avec plaisir Timmy, le fils de Laurie, qui a grandi et pris de l’assurance (depuis le meurtre de son père, Greg, par l’homme aux yeux bleus dans « L’affaire Cendrillon »). Et surtout Léo, le père de Laurie, qui veille toujours avec autant de sagesse sur sa fille et son petit-fils. Policier à la retraite, il va d’ailleurs mettre une fois de plus son flair à contribution dans cette histoire de disparition inédite : celle d’une mariée à quelques heures du plus beau jour de sa vie.

 

Unknown3Pourquoi j’aime ce livre ?

Comme toujours, l’écriture de Mary Higgins Clark (et d’Alafair Burke) est clair, limpide, juste et lumineuse. C’est donc avec la sensation de s’évader totalement que l’on se plonge dans ce nouveau roman « La mariée était en blanc ».

Un roman un peu différent des précédents puisque, cette fois-ci, il n’y a pas de cadavre, pas même de suspicion de meurtre… Mais plutôt une disparition inexpliquée.

Alors, la belle et future mariée, Amanda Pierce a-t-elle été enlevée ? A-t-elle été tuée ? Est-elle partie volontairement ? Est-elle encore en vie ? Souffre-t-elle d’amnésie ? Est-elle retenue prisonnière ? Ou a-t-elle commencé une autre vie ? Personne ne le sait…  u5

Mais une femme a décidé de se battre pour faire enfin éclore la vérité, c’est Sandra Pierce, la mère d’Amanda. Malgré les années qui ont passé, cette mère éplorée ne veut pas se résoudre à tourner la page. Elle veut savoir ce qui est arrivé à Amanda car, elle en a l’intime conviction, sa fille n’a pas quitté sa luxueuse cérémonie de mariage à Palm-Beach en Floride sans raison. Elle n’a surtout pas laissé ses parents, sa famille, son fiancé et leurs amis dans l’angoisse sans raison.

En quelques minutes, Laurie le sent donc, cette histoire incroyable de « mariée envolée » sera le prochain thème de son émission, un thème qui va faire, une fois de plus, exploser les audiences !

uMais ce que Laurie ne sait pas, c’est qu’à chaque pas elle s’enfoncera un peu plus dans le mystère de cette disparition : la mariée n’étant pas véritablement une blanche et innocente colombe… Son fiancé ayant lui-aussi un véritable intérêt à la voir disparaître… Tout comme sa meilleure amie qui a épousé quelques années après son fiancé… Et même sa sœur un peu trop jalouse de la réussite d’Amanda… Une mariée qui décidemment n’était pas en blanc mais plutôt en noir, comme un sombre présage.

« La mariée était en blanc », à lire absolument !

 

Les auteurs en quelques mots

Mary Higgins Clark reste la reine incontestée du suspense. Depuis plus de 30 ans, ses livres font partie des meilleures ventes en France et dans le monde.

Mary Higgins Clark

Mary Higgins Clark

Alafair Burke est l’une des nouvelles voix du polar contemporain. Ancienne adjointe du procureur de Portland, et fille du célèbre auteur James Lee Burke, elle enseigne le droit pénal à New York. Ses romans sont traduits en 12 langues.

 

Infos pratiques
« La mariée était en blanc »

Mary Higgins Clark et Alafair Burke

uuParu en décembre 2015 aux éd. Albin Michel

400 pages

Dimensions 19,5 cm x 15 cm

Prix : 20 euros

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s