La danse comme thérapie

uDanser fait du bien au corps, danser permet de s’évader l’esprit… Et si danser permettait aussi d’aller mieux ?

C’est ce que propose la danse-thérapie.

L’idée novatrice étant que la danse permet aussi de sortir des émotions, de revivre des moments forts, de gérer et d’accepter des moments douloureux trop difficile à exprimer par la parole.

Comment ? En liant par le mouvement le corps, l’âme et l’esprit.

Oui, mais comment ? La danse crée du mouvement, ce mouvement permet de sentir et d’appréhender son corps, d’être dans la présence. La danse permet aussi de modifier le souffle et d’être dans un état énergétique différent, un état énergétique qui permet de vibrer de la pointe des pieds à la racines des cheveux.u2

Et c’est cet état particulier qui permet de faire tomber nos barrières psychologiques permettant de travailler plus facilement sur soi.

 

Est-ce accessible à tout le monde ?

Contrairement à la danse, souvent très codée, la danse-thérapie est accessible à tout le monde. Danseur ou non, sportif ou non.

Car chacun de nous est capable de rentrer dans « l’écoute » de son corps et de lui-même, chacun est capable d’exprimer avec ses gestes (et non pas des gestes imposés) ce qu’il ressent. L’idée étant de laisser danser ses émotions.

Il n’y a pas de contrainte d’âge, la danse-thérapie pouvant être pratiquée à n’importe quel âge.

Unknown4Bien sûr, la danse-thérapie se déroule tout de même dans un cadre avec un art-thérapeute, dont le rôle est d’aider chaque patient danseur à trouver le chemin du mieux-être et de la guérison.

 

Comment se passe une séance ?

Souvent en petit groupe, l’art-thérapeute qui guide la séance de danse-thérapie lance un mouvement assez simple (en musique) qui va, au fil des minutes, évoluer. Chaque patient apprivoisant ce mouvement de départ vers sa propre danse, en fonction de son histoire. Et ce, très librement.

La musique est souvent assez planante pour permettre de « se lâcher » et à s’élever au propre comme au figuré.

Et dans la pratique ?u6

Chaque séance démarre par un travail d’ancrage à la terre, pour s’accepter positivement en percevant son corps (ses pieds, ses jambes, son bassin…). Comment ? Par des mouvements assez simples : en frappant des pieds, en se déplaçant… L’idée étant de prendre confiance dans son corps.

Puis les mouvements s’élèvent vers le haut du corps, pour permettre de s’élever dans son esprit. Voire de planer ou d’entrer presque en transe douce.

 

Et les résultats ?

Bien sûr, tous les problèmes (surtout psychologiques) ne trouvent pas de solution dès la première séance de danse-thérapie.

u9

C’est en fait en fonction de chacun… C’est surtout en fonction de sa capacité à s’écouter, à s’investir (au sens propre comme au figuré) dans cette danse au point d’être dans l’introspection.

 

Pour aller plus loin avec un livre…

UnknownL’idée de parler de la danse-thérapie est venue après la lecture d’un très bon livre paru récemment sur le sujet aux éditions Albin Michel : « Je danse donc j’existe ».

Tout est dit !

Et ce qui est très intéressant dans cet excellent ouvrage facile à lire, c’est que l’auteure, Catherine Maillard, fait le point sur les grandes écoles (les grands courants) qui traversent actuellement la danse-thérapie : la danse des cinq rythmes de Gabrielle Roth, le life art process d’Anna Halprin, la biodanza de Rolando Toro, la danse biodynamique de Rafael Baile, et a danse médecine de Susannah et Ya’Acov Darling Khan.

J’ai particulièrement aimé la clarté de ce livre, permettant donc, en quelques chapitres, de trouver la (ou les) forme(s) de danse-thérapie qui nous corresponde(nt) le mieux.u7

Très rapidement, ce livre décomplexe, donnant juste envie d’aller danser, d’aller retrouver ses racines rythmiques, d’aller réveiller sa pulsion de vie, d’utiliser son corps de façon globale (car souvent on chante en même temps que l’on danse) pour aller mieux.

Car oui, le parquet de danse remplace le divan !

 

L’auteure en quelques mots…

L'auteure, Catherine Maillard

L’auteure, Catherine Maillard

Catherine Maillard est journaliste spécialisée dans le développement personnel.
Elle a déjà publié un livre d’entretiens avec Patrice van Eersel, « J’ai mal à mes ancêtres ou la psychogénéalogie aujourd’hui » (Albin Michel), un long seller dont les ventes atteignent 40 000 exemplaires.

Pour ce second ouvrage, « Je danse donc j’existe », Catherine Maillard a mené des entretiens avec une dizaine de leaders de danse-thérapie, une discipline qu’elle connaît bien, pour la pratiquer elle-même depuis quinze ans.

 

Infos pratiques

« Je danse donc j’existe »

Sous-titre : « Le grand boom de la danse-thérapie »Unknown2

Auteure : Catherine Maillard

Avec les regards de Carolyn Carlson et d’Angelina Preljocaj

Préface de Patrice van Eersel

Paru en mai 2015 aux éd. Albin Michel

224 pages

Dimensions : 22 ,5 cm x 14,5 cm

Prix : 17,00 €

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien :  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s