Sur les traces de Lapérouse

Lapérouse

Lapérouse

Lapérouse avait la mer dans le sang. Aventurier dans l’âme, il était aussi passionné de découvertes, de connaissances et il n’hésita donc jamais à mettre sa passion au service de son art maritime, sillonnant les mers dans tous les sens pour le compte de Louis XVI.

Et c’est la vie, certes romancée mais aussi très documentée, de ce grand personnage du monde maritime que j’ai découvert avec le bonheur et passion à travers le très bon roman que je vous recommande pour les vacances : « Le testament de Lapérouse ».

Un livre qui vous fera voyager dans l’histoire, mais aussi au-delà des mers, loin, très loin, quelque part au sud de l’archipel des Salomon, à proximité de Nouméa.

Et j’ai particulièrement aimé la façon dont l’auteur, François Bellec, aborde son sujet : imaginant la fin du comte de Lapérouse, disparu en mer avec son équipage, et dont la fin de vie reste extrêmement trouble et encore inexpliquée.

Les frégates L'Astrolabe et la Boussole vers 1786

Les frégates L’Astrolabe et la Boussole vers 1786

Mêlant avec finesse son imagination, sa logique de marin, ses vérifications sur le terrain et un grand travail de recherche dans les archives, l’auteur lève dans ce roman historique une part d’ombre sur la mort de Lapérouse.

 

Un avant goût de l’histoire…

On ne saura jamais ce qui est advenu de Lapérouse après son naufrage. Et ce, malgré deux campagnes archéologiques très poussées en 2005 et 2008.

C’est même véritablement un mystère qui entoure ce qui s’est passé après le naufrage. La tradition orale sur l’île de Vanikoro attestant de la perte des deux navires de l’expédition, parlant aussi de survivants qui avaient finalement construit un petit bateau pour tenter de retrouver leur civilisation, laissant derrière eux, deux hommes, disparus en emportant tous ses secrets.

L'île assez inhospitalière de Vanikoro

L’île assez inhospitalière de Vanikoro

Et c’est en partant de ces hommes mystérieux restés sur l’île que l’auteur imagine la vie de Lapérouse, le décrivant (avec brio et force de détails) solitaire sur son île, totalement inhospitalière, entre les trombes d’eau tombant du ciel, les crocodiles, les requins, la forêt épaisse qui vous enveloppe et vous étouffe…

Un excellent livre aux frontières du réel et de l’imaginaire !

 

Saviez-vous que… ?

Et ce que j’ai particulièrement aimé dans ce très bon roman qui se dévore sans s’arrêter, c’est que l’auteur assoit son histoire sur de nombreuses informations historiques. C’est ainsi que j’ai (re)découvert une multitude d’informations sur Lapérouse et sur cette époque de grandes découvertes et de grandes expéditions maritimes.

Louis XVI donnant ses instructions à Lapérouse, (1817)

Louis XVI donnant ses instructions à Lapérouse (1817)

Saviez-vous par exemple que l’expédition de Jean-François Lapérouse comptait en fait deux navires qui se suivaient sans se perdre de vue : La Boussole, commandée par Lapérouse, et l’Astrolabe, commandée par Paul Fleuriot de Langle.

Saviez-vous que les deux navires étaient partis de La Nouvelle Calédonie pour Santa Cruz et qu’ils ont été pris dans une grosse tempête due à une queue de cyclone ?

Saviez-vous que les deux personnes qui sont restés sur l’île après le naufrage étaient Français ?

Saviez-vous que l’île de Vanikoro existe toujours et que ces quelques 1 200 habitants vivent toujours sans eau, sans électricité, sans commerce, sans quasi aucun échange avec l’extérieur.

Saviez-vous que l’épave de la Boussole de Lapérouse a été retrouvée au large de l’île de Vanikoro ? Mais qu’aucune trace de Lapérouse et de ses hommes n’ont pas été retrouvées, ni inscription sur les mûrs, ni carte, ni livre, ni lettre, ni tombe funéraire…

Saviez-vous que, jusqu’à sa mort sur l’échaffaud, Louis XVI n’a cessé de demander des nouvelles de Lapérouse ?

 

L’auteur en quelques mots…

L'auteur

L’auteur

Après une carrière dans la marine, François Bellec a publié une vingtaine d’ouvrages et a contribué à diverses encyclopédies à propos de l’ouverture des routes océaniques, de la science de la navigation et des relations entre l’homme et la mer.

Ancien directeur du Musée national de la Marine, membre et ancien président de l’Académie de marine, il est vice-président de la Société de Géographie.

Il a écrit aux éditions Lattès L’Arbre de nuit (2012) qui a reçu le prix Eric Tabarly et Datura (2014).

 

Infos pratiques

« Le testament de Lapérouse »Unknown55

François Bellec

Paru en mai 2015 aux éd. JC Lattès

268 pages

Dimensions : 14 cm x 22,5 cm

Prix : 18,00 €

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien :  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s