La danse comme thérapie

uDanser fait du bien au corps, danser permet de s’évader l’esprit… Et si danser permettait aussi d’aller mieux ?

C’est ce que propose la danse-thérapie.

L’idée novatrice étant que la danse permet aussi de sortir des émotions, de revivre des moments forts, de gérer et d’accepter des moments douloureux trop difficile à exprimer par la parole.

Comment ? En liant par le mouvement le corps, l’âme et l’esprit.

Oui, mais comment ? La danse crée du mouvement, ce mouvement permet de sentir et d’appréhender son corps, d’être dans la présence. La danse permet aussi de modifier le souffle et d’être dans un état énergétique différent, un état énergétique qui permet de vibrer de la pointe des pieds à la racines des cheveux.u2

Et c’est cet état particulier qui permet de faire tomber nos barrières psychologiques permettant de travailler plus facilement sur soi.

 

Est-ce accessible à tout le monde ?

Contrairement à la danse, souvent très codée, la danse-thérapie est accessible à tout le monde. Danseur ou non, sportif ou non.

Car chacun de nous est capable de rentrer dans « l’écoute » de son corps et de lui-même, chacun est capable d’exprimer avec ses gestes (et non pas des gestes imposés) ce qu’il ressent. L’idée étant de laisser danser ses émotions.

Il n’y a pas de contrainte d’âge, la danse-thérapie pouvant être pratiquée à n’importe quel âge.

Unknown4Bien sûr, la danse-thérapie se déroule tout de même dans un cadre avec un art-thérapeute, dont le rôle est d’aider chaque patient danseur à trouver le chemin du mieux-être et de la guérison.

 

Comment se passe une séance ?

Souvent en petit groupe, l’art-thérapeute qui guide la séance de danse-thérapie lance un mouvement assez simple (en musique) qui va, au fil des minutes, évoluer. Chaque patient apprivoisant ce mouvement de départ vers sa propre danse, en fonction de son histoire. Et ce, très librement.

La musique est souvent assez planante pour permettre de « se lâcher » et à s’élever au propre comme au figuré.

Et dans la pratique ?u6

Chaque séance démarre par un travail d’ancrage à la terre, pour s’accepter positivement en percevant son corps (ses pieds, ses jambes, son bassin…). Comment ? Par des mouvements assez simples : en frappant des pieds, en se déplaçant… L’idée étant de prendre confiance dans son corps.

Puis les mouvements s’élèvent vers le haut du corps, pour permettre de s’élever dans son esprit. Voire de planer ou d’entrer presque en transe douce.

 

Et les résultats ?

Bien sûr, tous les problèmes (surtout psychologiques) ne trouvent pas de solution dès la première séance de danse-thérapie.

u9

C’est en fait en fonction de chacun… C’est surtout en fonction de sa capacité à s’écouter, à s’investir (au sens propre comme au figuré) dans cette danse au point d’être dans l’introspection.

 

Pour aller plus loin avec un livre…

UnknownL’idée de parler de la danse-thérapie est venue après la lecture d’un très bon livre paru récemment sur le sujet aux éditions Albin Michel : « Je danse donc j’existe ».

Tout est dit !

Et ce qui est très intéressant dans cet excellent ouvrage facile à lire, c’est que l’auteure, Catherine Maillard, fait le point sur les grandes écoles (les grands courants) qui traversent actuellement la danse-thérapie : la danse des cinq rythmes de Gabrielle Roth, le life art process d’Anna Halprin, la biodanza de Rolando Toro, la danse biodynamique de Rafael Baile, et a danse médecine de Susannah et Ya’Acov Darling Khan.

J’ai particulièrement aimé la clarté de ce livre, permettant donc, en quelques chapitres, de trouver la (ou les) forme(s) de danse-thérapie qui nous corresponde(nt) le mieux.u7

Très rapidement, ce livre décomplexe, donnant juste envie d’aller danser, d’aller retrouver ses racines rythmiques, d’aller réveiller sa pulsion de vie, d’utiliser son corps de façon globale (car souvent on chante en même temps que l’on danse) pour aller mieux.

Car oui, le parquet de danse remplace le divan !

 

L’auteure en quelques mots…

L'auteure, Catherine Maillard

L’auteure, Catherine Maillard

Catherine Maillard est journaliste spécialisée dans le développement personnel.
Elle a déjà publié un livre d’entretiens avec Patrice van Eersel, « J’ai mal à mes ancêtres ou la psychogénéalogie aujourd’hui » (Albin Michel), un long seller dont les ventes atteignent 40 000 exemplaires.

Pour ce second ouvrage, « Je danse donc j’existe », Catherine Maillard a mené des entretiens avec une dizaine de leaders de danse-thérapie, une discipline qu’elle connaît bien, pour la pratiquer elle-même depuis quinze ans.

 

Infos pratiques

« Je danse donc j’existe »

Sous-titre : « Le grand boom de la danse-thérapie »Unknown2

Auteure : Catherine Maillard

Avec les regards de Carolyn Carlson et d’Angelina Preljocaj

Préface de Patrice van Eersel

Paru en mai 2015 aux éd. Albin Michel

224 pages

Dimensions : 22 ,5 cm x 14,5 cm

Prix : 17,00 €

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien :  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Publicités

Coups de cœur romantiques pour les filles !

Unknown3Les filles (car oui, ces deux livres « coups de cœur » s’adressent plutôt aux filles… Messieurs, désolés !), bref, les filles, j’ai déniché les deux livres qu’il nous faut pour cet fin d’été : « Fini les garçons ! » et (la suite) « A nous l’amour ! »

Deux livres (tome 1 et 2) accessibles dès 12 ans, mais qui se lisent aussi sans complexe à vingt, trente, quarante (et même plus) ans !

Bien écrits, drôles, frais, légers, ces deux ouvrages sont parfaits à savourer tranquillement installée dans son hamac ou sur sa serviette de plage.u8

Bref, je vous recommande vivement ces deux romans légers, drôles, décalés et attachants qui, certes, comportent quelques clichés, mais deviennent très savoureux lorsqu’ils sont pris au second degré !

 

Pourquoi pour les filles ?

« Fini les garçons ! » et « A nous l’amour ! » sont écrits par une fille (Pamela Wells) pour les filles.

u6Et tout dans ces deux romans est féminin, à commencer par les couvertures, très sympas d’ailleurs.

Et puis, au fil des pages, tout est fait pour plaire aux filles : des héroïnes attachantes, aux histoires d’amour et d’amitié, en passant par des ruptures, sans oublier une happy end qui vous fera fondre de plaisir…

 

« Fini les garçons ! »

Sydney, Raven, Kelly et Alexia sont quatre amies inséparables.Unknown2

Quatre ados qui découvrent la vie, et particulièrement la vie amoureuse avec son lot de joies et de déceptions.

Et comme toujours dans un groupe d’amies, chacune a sa propre conception de l’amour (dans laquelle vous vous retrouverez forcément) : la grande romantique, l’éternelle célibataire, la briseuse de cœur…

Dans « Finis les garçons ! », comme son titre l’indique, la petite vie des quatre amies est donc bousculée par la rupture inattendue et douloureuse de Sydney… Les filles décident alors que pour elles, c’est « Fini les garçons ! » et établissent une liste de 29 (très exactement) choses plus ou moins loufoques à faire ou ne pas faire pour oublier définitivement la gente masculine. Définitivement ?…

u88Un très bon roman d’été pour oublier la grisaille de l’hiver !

« Fini les garçons ! » (Tome 1)

Auteure : Pamela Wells

Traduction en français : Cécile Leclère

Paru le 1er juillet 2015 aux éd. Albin Michel Jeunesse, coll. Wiz

350 pages – Dimensions : 13 cm x 20 cm

Dès 12 ans

Prix : 15 €

 

« A nous l’amour ! »Unknown

Le célibat, ça va… un temps !

Alors, après le Code de Rupture imaginé par Sydney, Raven, Kelly et Alexia dans « Fini les garçons ! » (Tome 1), les quatre amies toujours aussi inséparables décident de redevenir amoureuses.

Et pour réussir à trouver LE grand amour, elles rédigent maintenant un Code de Séduction, toujours aussi loufoque et drôle.

Mais entre le rêve du Prince Charmant et la réalité, les déconvenues et les désillusions ne sont pas loin !

Et le résultat est un livre drôlement romantique et pétillant qui fera fondre tous les petits cœurs.

images6Une vraie lecture-détente pour passer un été romantique et agréable !

« A nous l’amour ! » (Tome 2)

Auteure : Pamela Wells

Traduction en français : Cécile Leclère

Paru le 1er juillet 2015 aux éd. Albin Michel Jeunesse, coll. Wiz

350 pages – Dimensions : 13 cm x 20 cm

Dès 12 ans

Prix : 15 €

 

L’auteure en quelques motsimages

Pamela Wells a grandi dans le Mississippi. Après des études de journalisme, elle obtient un diplôme en Education et en Psychologie. Son métier de reporter lui a permis de beaucoup voyager, et aujourd’hui, elle s’est installée à Boston.

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien :  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Colgate Max Fresh Ice Tea, un dentifrice vraiment nouveau et étonnant !

Unknown3Dentifrices au goût menthol, super menthol même, anisé parfois, fruité aussi… Je pensais avoir tout essayé…

Mais ça, c’était avant…

Avant d’avoir découvert le tout dernier né de la marque Colgate…

Colgate Max Fresh Ice Tea.

Un dentifrice totalement différent au goût unique, étonnant et très agréable.

 

Comme son nom l’indique, du vrai Ice Tea…u5

Ice Tea… Thé glacé… Oui, c’est vraiment cette étonnante sensation de thé vert frais et glacé que procure ce nouveau dentifrice de la marque Colgate.

Vivifiant, rafraîchissant, sans être écœurant, ce dentifrice Colgate Max Fresh Ice Tea a un petit côté printanier verdoyant très agréable en bouche, aussi agréable qu’un joli vent d’été sur une prairie en fleurs.

Car oui, vraiment, avec son goût totalement inédit, unique, étonnant et différent de thé vert glacé, ce dentifrice est original et agréable à toutes heures du jour et de la nuit. Même le matin, lorsque les goûts trop prononcés sont désagréables. Et cette agréable sensation de fraîcheur végétale est très rare avec une promesse de goût aussi novatrice !

 

Tout commence par…

u7Tout commence par un emballage sur la thématique du vert, donnant le ton juste de ce dentifrice Colgate Max Fresh Ice Tea.

Puis par une pâte à la jolie couleur verte, légèrement translucide, et parsemée de paillettes d’un tout aussi étonnant vert clair.

Très rapidement, l’aspect « pâte » du dentifrice s’efface en bouche, le Colgate Max Fresh Ice Tea se transformant en quelques secondes en une agréable mouse de fraîcheur. Juste comme il faut, ni trop de mousse, ni pas assez, ce dentifrice est parfaitement dosé pour un moment de détente vivifiante totalement inédit.u6

Dès le premier brossage, la sensation de fraîcheur et de propreté est immédiate. Et cette agréable sensation d’haleine fraîche perdure une dizaine d’heures.

De plus, après le premier brossage, les dents sont visiblement plus blanches. D’un coup de langue, on s’aperçoit avec bonheur que toutes formes d’aspérités (liées à l’alimentation, au café, au tabac…) ont disparu. Le sourire est éclatant et nous aussi !

 

Quelles sont les bienfaits de ce dentifrice ?

Colgate Max Fresh Ice Tea offre de nombreux bienfaits intéressants et prometteurs :

Karine Ferri est l'ambassadrice pétillante et séduisante du dentifrice Colgate Max Fresh Ice Tea

Karine Ferri est l’ambassadrice pétillante et séduisante du dentifrice Colgate Max Fresh Ice Tea

Une fraîcheur intense

Une expérience sensorielle inattendue avec un goût totalement inédite

Une haleine fraîche

Des dents visiblement plus blanches

Des agents protecteurs contre les attaques acides

Une formule complète pour un sourire éclatant en pleine santé

 

Infos pratiquesUnknown2

Colgate Max Fresh Ice Tea

Dentifrice de 75 ml

Prix de vente : 2,39 € en moyenne.

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien :  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

 

Envie d’encore plus de fraîcheur ?

« La drôle de vie de Zelda Zonk », LE livre de l’été !

Unknown« La drôle de vie de Zelda Zonk », c’est la très bonne surprise de cet été ! Je l’ai commencé, j’ai été happée par l’histoire et rien, non vraiment rien… Pas même l’appel de la plage, ni même la tombée de la nuit n’ont pu m’arrêter… J’ai dévoré ce livre comme on aspire une grande bouffée d’oxygène et je me sens merveilleusement bien depuis !

 

Un avant goût de l’histoire…

Et si tout le monde pouvait changer de vie ?

C’est le fil conducteur de ce roman où tout commence par un terrible accident de voiture en Irlande. Un accident qui oblige Hanna à s’arrêter dans sa vie, à faire une pause forcée à l’hôpital. D’abord seule, dans cette chambre où la jeune décoratrice lutte pour sa survie. Puis au côté de son étrange voisine d’infortune qui l’interpelle sur sa propre existence.

Et si Marylin Monroe était toujours en vie ?...

Et si Marylin Monroe était toujours en vie ?…

Au point qu’à son retour à la vie, Hanna est plus fragile qu’il n’y paraît… Décoratrice heureuse, mariée à un romancier à succès, la jeune femme se met maintenant à douter de tout, à commencer par son propre bonheur.

Elle s’interroge surtout sur son étrange voisine de chambre, Zelda. Une vieille et belle dame de 85 ans, heureuse et joyeuse, qui passe son temps à broder.

Broder des fils pour mieux broder sa vie ? Peut-être…

Décrivant avec brio et facétie tout le bouleversement qui suit le traumatisme d’un accident, l’auteure, Laurence Peyrin, nous entraîne aussi, sans en avoir l’air, dans une enquête savoureuse autour de Marilyn Monroe.

Tout colle avec Zelda... Son âge, sa voix...

Tout colle avec Zelda… Son âge, sa voix…

Car Zelda Zonk était aussi le surnom de la sculpturale Marylin lorsqu’elle voulait se dissimuler du monde qui l’épiait sans cesse… De là à s’imaginer que Zelda et Marylin ne font qu’un, il n’y a qu’un chapitre que l’auteure nous propose de sauter sans hésiter…

Emouvant, drôle, intense, sensible, frais, étonnant, profondément humain, parlant d’amour, de bonheur et du mensonge, « La drôle de vie de Zelda Zonk » est un roman totalement décalé et surprenant.

Un livre d’amour, de suspense, d’émotion. Une vraie bonne histoire comme je les aime pour passer un merveilleux été !

 

L'auteure

L’auteure

L’auteure en quelques mots…

Laurence Peyrin a été journaliste de presse pendant 20 ans.

Mère de six enfants pour la plupart adolescents, elle se consacre désormais à transmettre sa passion du cinéma à des élèves de collège, aux voyages et à l’écriture qui occupe la plus grande partie de sa vie.

 

Infos pratiques

« La drôle de vie de Zelda Zonk »Unknown2

Laurence Peyrin

Prix Maison de la Presse 2015

Paru au éd. Kero en mai 2015

392 pages

Dimensions : 24 cm x 15 ,5 cm

Prix : 19,90 €

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien :  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Sur les traces de Lapérouse

Lapérouse

Lapérouse

Lapérouse avait la mer dans le sang. Aventurier dans l’âme, il était aussi passionné de découvertes, de connaissances et il n’hésita donc jamais à mettre sa passion au service de son art maritime, sillonnant les mers dans tous les sens pour le compte de Louis XVI.

Et c’est la vie, certes romancée mais aussi très documentée, de ce grand personnage du monde maritime que j’ai découvert avec le bonheur et passion à travers le très bon roman que je vous recommande pour les vacances : « Le testament de Lapérouse ».

Un livre qui vous fera voyager dans l’histoire, mais aussi au-delà des mers, loin, très loin, quelque part au sud de l’archipel des Salomon, à proximité de Nouméa.

Et j’ai particulièrement aimé la façon dont l’auteur, François Bellec, aborde son sujet : imaginant la fin du comte de Lapérouse, disparu en mer avec son équipage, et dont la fin de vie reste extrêmement trouble et encore inexpliquée.

Les frégates L'Astrolabe et la Boussole vers 1786

Les frégates L’Astrolabe et la Boussole vers 1786

Mêlant avec finesse son imagination, sa logique de marin, ses vérifications sur le terrain et un grand travail de recherche dans les archives, l’auteur lève dans ce roman historique une part d’ombre sur la mort de Lapérouse.

 

Un avant goût de l’histoire…

On ne saura jamais ce qui est advenu de Lapérouse après son naufrage. Et ce, malgré deux campagnes archéologiques très poussées en 2005 et 2008.

C’est même véritablement un mystère qui entoure ce qui s’est passé après le naufrage. La tradition orale sur l’île de Vanikoro attestant de la perte des deux navires de l’expédition, parlant aussi de survivants qui avaient finalement construit un petit bateau pour tenter de retrouver leur civilisation, laissant derrière eux, deux hommes, disparus en emportant tous ses secrets.

L'île assez inhospitalière de Vanikoro

L’île assez inhospitalière de Vanikoro

Et c’est en partant de ces hommes mystérieux restés sur l’île que l’auteur imagine la vie de Lapérouse, le décrivant (avec brio et force de détails) solitaire sur son île, totalement inhospitalière, entre les trombes d’eau tombant du ciel, les crocodiles, les requins, la forêt épaisse qui vous enveloppe et vous étouffe…

Un excellent livre aux frontières du réel et de l’imaginaire !

 

Saviez-vous que… ?

Et ce que j’ai particulièrement aimé dans ce très bon roman qui se dévore sans s’arrêter, c’est que l’auteur assoit son histoire sur de nombreuses informations historiques. C’est ainsi que j’ai (re)découvert une multitude d’informations sur Lapérouse et sur cette époque de grandes découvertes et de grandes expéditions maritimes.

Louis XVI donnant ses instructions à Lapérouse, (1817)

Louis XVI donnant ses instructions à Lapérouse (1817)

Saviez-vous par exemple que l’expédition de Jean-François Lapérouse comptait en fait deux navires qui se suivaient sans se perdre de vue : La Boussole, commandée par Lapérouse, et l’Astrolabe, commandée par Paul Fleuriot de Langle.

Saviez-vous que les deux navires étaient partis de La Nouvelle Calédonie pour Santa Cruz et qu’ils ont été pris dans une grosse tempête due à une queue de cyclone ?

Saviez-vous que les deux personnes qui sont restés sur l’île après le naufrage étaient Français ?

Saviez-vous que l’île de Vanikoro existe toujours et que ces quelques 1 200 habitants vivent toujours sans eau, sans électricité, sans commerce, sans quasi aucun échange avec l’extérieur.

Saviez-vous que l’épave de la Boussole de Lapérouse a été retrouvée au large de l’île de Vanikoro ? Mais qu’aucune trace de Lapérouse et de ses hommes n’ont pas été retrouvées, ni inscription sur les mûrs, ni carte, ni livre, ni lettre, ni tombe funéraire…

Saviez-vous que, jusqu’à sa mort sur l’échaffaud, Louis XVI n’a cessé de demander des nouvelles de Lapérouse ?

 

L’auteur en quelques mots…

L'auteur

L’auteur

Après une carrière dans la marine, François Bellec a publié une vingtaine d’ouvrages et a contribué à diverses encyclopédies à propos de l’ouverture des routes océaniques, de la science de la navigation et des relations entre l’homme et la mer.

Ancien directeur du Musée national de la Marine, membre et ancien président de l’Académie de marine, il est vice-président de la Société de Géographie.

Il a écrit aux éditions Lattès L’Arbre de nuit (2012) qui a reçu le prix Eric Tabarly et Datura (2014).

 

Infos pratiques

« Le testament de Lapérouse »Unknown55

François Bellec

Paru en mai 2015 aux éd. JC Lattès

268 pages

Dimensions : 14 cm x 22,5 cm

Prix : 18,00 €

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien :  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl