« Tu seras un raté mon fils », passionnant !

w2« Derrière chaque grand homme se cache une femme » dit-on facilement… Et c’est souvent vrai. Mais derrière chaque grand homme se cache aussi un père, l’aura d’un père, son ombre aimante ou dévastatrice. Un père que l’on fuit ou que l’on vénère. Un père à qui on cherche à ressembler ou au contraire à s’affranchir. Un père qui, consciemment ou non, volontairement ou non, guide les pas d’un fils, le poussant vers tels ou tels chemins de vie.

C’est même véritablement le cas pour Winston Churchill qui, tout au long de sa vie, a cherché à prouver à son père trop vite disparu, qu’il n’était pas le raté annoncé.

Et cette façon de relire avec ce prisme particulier la vie extraordinaire de Churchill est passionnante !

 

L’histoire, la grande Histoire, sous un jour différent

Lord Randolph Churchill, le père de Winston

Lord Randolph Churchill, le père de Winston

Winston Churchill, c’était en effet pour moi, avant la lecture de ce livre, l’un des grands acteurs de la victoire des alliés en 1945. Je le savais militaire, ministre, écrivain, épris de liberté et fervent opposant à Hitler. J’avais aussi de lui cette image d’un homme au visage rond, souvent fermé, au regard pénétrant, toujours paré d’un chapeau et d’un cigare. Mais pas beaucoup plus, je l’avoue…

Je l’ai découvert (sous la plume exaltée et dépoussiérante de Frédéric Ferney) aventurier, journaliste, peintre, écrivain, touche-à-tout, animé d’un appétit de vivre incroyable, égocentrique et généreux à la fois, fort en gueule et fonceur.

Winston Churchill

Winston Churchill

Et j’ai surtout compris que Churchill avait toujours été animé d’une rage de vivre et d’avancer « grâce » (ou plutôt à cause) de deux hommes : Lord Randolph Churchill et Adolf Hitler.

Le premier, descendant des Ducs de Marlborough, était un de ces nobles indétrônables comme sait si bien les fabriquer la couronne britannique. Volontaire et décidé, ce Lord anglais partageait avec son fils, Winston, une haine pour Hitler et sa folie dévastatrice. Le second, Hitler, est le fou que l’on connaît, malheureusement.

Et c’est la colère et l’incompréhension (conscientes ou non) pour ces deux hommes qui a construit et forgé au fer rouge l’image héroïque de Winston.

Cherchant toute sa vie à s’affranchir de son père (en lui prouvant qu’il n’était pas le raté annoncé de la famille), Churchill a en effet repris le flambeau paternel en combattant à son tour l’ennemi juré : Hitler.

C’est une façon de mettre en lumière l’histoire, certes, mais elle est passionnante.Wiston-Churchill

 

Plus qu’une biographie…

« Tu seras un raté mon fils », c’est donc beaucoup plus qu’une énième biographie du grand Winston Churchill.

C’est plutôt un livre qui fouille les blessures profondes et montre un visage plus réaliste de ces grands hommes qui ont fait l’Histoire. Un visage de ces grands hommes qui étaient avant tout des hommes et surtout des fils.

Et on finit par admettre que, sans Hitler et sa folie destructrice, Winston Churchill sera certainement resté le raté mondain que son père pressentait.

Churchill et De Gaulle remontant les Champs Elysées

Churchill et De Gaulle remontant les Champs Elysées

Sans ce conflit mondial qui traumatisa l’Histoire, Churchill sera certainement tombé dans l’oubli. Resté à vie un homme aux mille démons, empêtré dans une relation dévastatrice et castratrice avec un père dénué de sentiment, « un dévoreur inassouvi, jamais rassasié. Un fumeur, un buveur, un joueur. Un lutteur maniaco-dépressif. Un politicien intuitif, impétueux et roué mais rétif aux courbes et aux chiffres. Un alcoolique mondain. Un travailleur infatigable ».

Mais reconnaissons tout de même à Winston cette capacité quasi bestiale de survie. Cette force de caractère incroyable qui lui a permis de transcender la vie de son père en tuant cette image négative projetée sur lui toute sa jeunesse pour réussir à devenir le grand homme, le grand acteur de la victoire des alliés.

 

L’auteur en quelques mots

Frédéric Ferney est agrégé d’anglais. Directeur des pages culturelles du Nouvel Observateur, il a été également

L'auteur, Frédéric Ferney

L’auteur, Frédéric Ferney

journaliste au Figaro et au Point, éditeur et présentateur de l’émission littéraire Le bateau livres sur France 5. Il se consacre aujourd’hui à l’écriture.

 

Infos pratiques

« Tu seras un raté mon fils »

Frédéric Ferney

Paru en janvier 2015 aux éd. Albin Michel

260 pages

Dimensions : 20 cm x 13 cm

Prix : 17 €

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien :  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s