John Vernuccio, l’amoureux des animaux

John Vernuccio est déjà pied d'oeuvre dans la ménagerie au petit matin

John Vernuccio est déjà pied d’oeuvre dans la ménagerie au petit matin

Il a le regard qui s’illumine lorsqu’il parle de ses animaux. Et c’est toujours dans les allées de la ménagerie du Cirque Arlette Gruss que l’on a le plus de chance de croiser John Vernuccio, dresseur au grand cœur qui aime les animaux de toutes les fibres de son être.

Car John Vernuccio est un pur produit de ce que le cirque peut faire de meilleur : il est né dans le cirque, pense cirque, respire cirque et vit cirque.

Sixième de la génération des Togni, John a toujours vécu dans un cirque. Et ce bel italien au sourire enjôleur fait fondre tous les animaux, même les plus têtus comme les majestueux lamas, les hautaines autruches et les intrépides sangliers.

Et c’est même une véritable arche de Noé avec laquelle il prend un immense plaisir à travailler et se renouveler d’années en années : éléphants, lamas, chevaux, animaux de la ferme, animaux exotiques, et bientôt des chameaux et dromadaires avec lesquels il prépare déjà le numéro de la saison prochaine au Cirque Arlette Gruss.

Les animaux exotiques

Les animaux exotiques

 

Les animaux, une tradition familiale

Lorsqu’il évoque sa famille et l’Italie lointaine, John a, de nouveau, le regard qui s’illumine encore un peu plus. Car la famille Togni est une grande, une très grande famille circacienne.

Son grand-père, Cesare Togni, fut en effet l’un des plus grands dresseurs de sa génération.

Son cousin, Flavio Togni, a obtenu un clown d’or (récompense prestigieuse ô combien importante) au Festival International du Cirque de Monte-Carlo en 2011.

Son père, Flavio Vernuccio, est encore aujourd’hui chef de piste au Cirque Arlette Gruss.

Travail avec un... sanglier !

Travail avec un… sanglier !

Et des chevaux aux éléphants, la famille possède une véritable ménagerie heureuse. Etant entre autre à la tête d’un cheptel de treize éléphants, dont les magnifiques et imposantes Babati, Burma, Jumbo et Siam, les quatre éléphantes du Cirque Arlette Gruss.

 

Et son secret avec les animaux ?

« L’amour, beaucoup d’amour, de patience aussi, de passion et de respect pour les animaux », explique-t-il tout en surveillant du coin de l’œil le travail des palefreniers auprès des chevaux du cirque. « Les animaux sont comme des enfants, il faut leur répéter et leur répéter les choses inlassablement, doucement, calmement, avec beaucoup de patience et de respect ».

Numéro avec des lamas

Numéro avec des lamas

Et c’est ainsi qu’avec sa seule voix rassurante et protectrice, il arrive à faire entrer dans le noir Babati (magnifique éléphante du Cirque Gruss) au cœur de la piste pour une ouverture de numéro aussi époustouflante que surprenante. « Babati me fait confiance », continue John, « elle sait que je veille sur elle et accepte donc d’entrer sur la piste dans le noir ».

A 36 ans, John Vernuccio perpétue donc avec passion et amour la tradition familiale.

Et c’est avec la sensation de vivre son rêve qu’il veille sur la ménagerie au grand complet du Cirque Arlette Gruss. Etant toujours non loin de Laura-Maria Gruss lorsqu’elle travaille avec ses chevaux.

John Vernuccio et les quatre éléphants du cirque

John Vernuccio et les quatre éléphants du cirque

Pilier du cirque Arlette Gruss depuis déjà plusieurs saisons, ce personnage attachant veille aussi avec amour sur ses proches, sa femme Olga, ses deux enfants, et toute sa grande famille circacienne.

Quant à la relève d’une septième génération de cirque, est-elle assurée ? « Je ne sais pas », termine John avec son éternel sourire, « mes enfants aiment le cirque, bien sûr, mais ils choisiront plus tard s’ils veulent continer ou pas ». Car c’est avant tout une histoire de passion. Une passion du cirque que John Vernuccio a lui chevillé au corps.

 

Où trouver le cirque à Rouen ?Cirque-Gruss-affiche-spectacle-30-ans-ecris-l-histoire-220850

Le cirque est encore en Normandie quelques jours… Il s’est s’installé sur les quais bas de la rive gauche de la Seine (quais Jean de Bethencourt) à Rouen jusqu’au 1er mars prochain, avec des dernières représentations :

  • Vendredi 27 février à 15h et 20h
  • Samedi 28 février à février à 14h, 17h30 et 20h30
  • Dimanche 1er mars à 14h

 

Pour tout savoir sur la tournée 2015 du cirque, c’est là !

Le numéro époustouflant de la troupe FMX Riders

Le numéro époustouflant de la troupe FMX Riders

Le cirque Arlette Gruss est de nouveau en tournée sur les routes avec son tout nouveau spectacle anniversaire « 30 ans Ecris l’histoire ! »

Voici toutes les dates en France pour savoir dès maintenant quand le chapiteau sera dans votre région :

  • jusqu’au 1er mars à Rouen,
  • du 4 au 8 mars à Arras,
  • du 11 au 22 mars à Lille,
  • du 25 au 29 mars à Valencienne,
  • du 1er au 8 avril à Dunkerque
  • du 11 au 19 avril à Boulogne-sur-Mer,
  • du 22 au 26 avril à Thionville,
  • du 29 avril au 3 mai à Troyes,
  • du 6 au 10 mai à Reims,

    Des costumes toujours aussi somptueux

    Des costumes toujours aussi somptueux

  • du 13 au 20 mai à Mulhouse,
  • du 23 mai au 3 juin à Strasbourg,
  • du 6 au 14 juin à Colmar,
  • du 15 juillet au 22 juillet à Gassin -Saint Tropez,
  • du 25 au 29 juillet à Cabris,
  • du 1er au 9 août à Hyères,
  • du 12 au 23 août à Valbonne,
  • du 26 août au 2 septembre à Fréjus… 

 

Infos pratiques

Standing ovation du public à chaque fin de spectacle

Standing ovation du public à chaque fin de spectacle

Places de 14 à 35 €.

De nombreuses séances en après-midi et en soirée.

Tél : 0825 825 660.

Toutes les infos sur http://www.cirque-gruss.com

Crédits Photos : Photos de la publication de Arlette Gruss Officiel 

et photos Eve Mag

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

« Le Démon avance toujours en ligne droite », fascinant !

9782226312495m« Les démons : au bord de la route, je les ai vus à l’œuvre, griffes et cornes luisantes, crocs terribles, écailles, soies et cuirs obscurs, je n’ai pu éviter de les voir comme j’ai aussi vu les lambeaux de ceux qu’ils saisissent, les vestiges lamentables de leurs proies, les visages creusés jusqu’à l’os: des trognes de gars miteux, égarés, hébétés, ahuris d’être dévorés vifs, les membres chiffonnés, les ventres ouverts sur des tunnels de viscères ». Ainsi commence ce roman, ce magnifique roman qui m’a cueillie à froid et m’a laissée, au bout de 320 pages divinement bien écrites, comme esseulée au bord du rivage.

Car ce livre est étrange, étrangement hypnotique, et tellement fort qu’il est quasi impossible de le refermer quelques minutes.

« Le Démon avance toujours en ligne droite », c’est en effet une plongée au cœur des démons familiaux, de ces fils d’Ariane qui se transmettent de génération en génération, orientant (prédestinant presque) les vies à venir.

Mais avec la plume acérée et affûtée, de l’auteur, Eric Pessan, cette expédition psychologique en devient poétique Les mots, les phrases, les images résonnant entre eux comme le cœur de l’humanité qui bat la chamade.

Et le résultat est tout aussi somptueux qu’il en est glaçant.

 

Pourquoi j’aime ce livre ?

C'est à Lisbonne que David, le narrateur, part sur les traces brûlantes de son père

C’est à Lisbonne que David, le narrateur, part sur les traces brûlantes de son père

Pour tout vous dire, j’avais adoré « La Muette » (le précédent roman d’Eric Pessan), c’est donc avec plaisir (et une certaine peur aussi d’être déçue) que j’ai entamé la délicieuse lecture de « Le Démon avance toujours en ligne droite » (intriguée aussi par ce titre à la fois sombre et étonnant).

Et aucune déception à l’horizon ! Au contraire, j’ai arpenté avec délice au côté du narrateur les rues de Bordeaux et de Lisbonne. J’ai senti les odeurs, ressentis au creux des reins ses émotions, vibrer au son de la musique qu’il passait en radio.

Bref, j’ai sombré avec David, le narrateur. Emportée par sa lutte, sa quête du destin qui se transmet, consciemment ou non, en héritage.

 

Un avant goût de l’histoire…

UnknownN’ayant connu ni son grand-père ni son père, David, le narrateur, doit partir pour Lisbonne, la ville où son père s’est enfui lorsqu’il était enfant. Ce père qu’il déteste jusqu’à l’écoeurement.

En fuite depuis toujours face à cet héritage paternel, il décide d’exorciser le passé pour mieux se retrouver. Il marche donc sur les traces de ce père, cet alcoolique, ce moins-que-rien qui a fini clochard. Cet homme dont il partage le même sang et qui pourtant est le reflet maléfique d’une vie qu’il ne veut pas reproduire.

Mais y a-t-il une fatalité dans la déchéance ?

Un livre merveilleusement bien écrit, dérangeant, surprenant, fort, intense même et fascinant à la fois.

A découvrir absolument !

 

L’auteur en quelques mots…

L'auteur, Eric Pessan

L’auteur, Eric Pessan

Roman, essai, livre de jeunesse, théâtre, poésie… Eric Pessan s’est essayé avec bonheur à de nombreux genres littéraires.

Il anime régulièrement des ateliers d’écriture, participe à des créations théâtrales et collabore à plusieurs revues littéraires.

Après Incident de personne (2010) et Muette (2013) Le démon avance toujours en ligne droite explore la quête erratique, entre réel et fantastique, d’un homme piégé par son héritage.

 

Infos pratiques

Unknown« Le démon avance toujours en ligne droite »

Eric Pessan

Paru en janvier 2015 aux éd. Albin Michel

320 pages

Dimensions : 20,5 cm x 14 cm

Prix : 20 €

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Le nouveau livre « Le Démon avance toujours en ligne droite » à gagner !!!

9782226312495mAttention, CONCOURS !!!!

Eve Mag a le plaisir d’offrir à l’un ou l’une d’entre vous le tout nouveau livre « Le Démon avance toujours en ligne droite » paru en janvier 2015 aux éditions Albin Michel.

 

Comment faire pour gagner ?

Rien de plus facile, il vous suffit simplement :

1) Mettre UN J’AIME à cette page Facebook du magazine Eve Mag (et non pas uniquement sous le post annonçant le concours) pour vous ABONNER à la page Facebook de votre magazine Eve Mag et ne manquer aucun concours ! C’est ainsi que vous VALIDEREZ votre participation. Merci donc (si vous n’êtes pas encore abonné(e) à la page Facebook) de le faire pour que nous enregistrions votre participation. Si vous êtes déjà abonné(e), pas de soucis, votre participation sera automatiquement enregistrée !

2) Mettre un commentaire sous ce post annonçant ce concours pour que nous vous retrouvions facilement !

3) PARTAGER ce post sur votre page Facebook pour faire profiter tous vos ami(e)s de ce concours !

4) Et croisez les doigts !!!!Unknown2

Si vous êtes l’heureux(se) gagnant(e), vous serez prévenu samedi 7 mars vers 20 heures par message privé (sur facebook) pour que nous nous organisions avec vous pour vous envoyer votre livre.

 

L’histoire du livre en quelques mots…

UnknownN’ayant connu ni son grand-père ni son père, mystérieusement disparu alors qu’il avait deux ans à peine, David décide à quarante ans d’assembler les pièces de son puzzle familial en se rendant à Lisbonne où ce dernier s’est enfui.

Hanté par une enfance prisonnière du ressentiment maternel, d’une éducation faite de mensonges, d’omissions et d’anathèmes sur les hommes qui boivent et qui finissent clochards, il n’aura de cesse de nourrir la peur de reproduire leur destin au fil d’une dérive en forme de perdition aussi vertigineuse que fascinante.

Après Incident de personne (2010) et Muette (2013) Le démon avance toujours en ligne droite explore la quête erratique, entre réel et fantastique, d’un homme piégé par son héritage.

 

Infos pratiques sur le livre

« Le Démon avance toujours en ligne droite »

Eric Pessan

Paru en janvier 2015 aux éd. Albin Michel

320 pages

Prix public : 20 euros.

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Unknown

« La folie cachée » ou comment (sur)vivre auprès d’une personne invivable

UnknownPour commencer, je vous rassure tout de suite, je vais bien…

Tout va merveilleusement bien même. C’est donc de façon très professionnelle que j’ai lu ce livre, passionnant, « La folie cachée ».

Et pourtant, dans cet ouvrage au sous-titre plus qu’évocateur (« survivre auprès d’une personne invivable »), j’ai reconnu quelques tranches de vie.

Car oui, que ce soit dans la famille, le couple, mais aussi au travail, ou au sein de club, d’association (…), nous sommes parfois confrontés à des personnes qui nous semblent invivables. Alors, quand cette obligation de vivre ensemble pour un temps défini (comme au travail) se répète, comment survivre ?

Et c’est la question à laquelle répond très clairement et simplement l’auteur, Saverio Tomasella, psychanalyste. Car « c’est cette prise de conscience que la personne est en train de survivre et non pas de vivre qui permet de se rendre compte que quelque chose ne va pas dans une relation ».

 

Mais comment savoir si tout va bien ?

Parfois, dans un couple, on s'aperçoit que l'autre est invivable, manipulateur, ou instable... Comment s'en sortir ?

Parfois, dans un couple, on s’aperçoit que l’autre est invivable, manipulateur, ou instable… Comment s’en sortir ?

Evidemment, en commençant ce livre, j’avais un peu peur… Car comme tout le monde (enfin j’espère), je ne suis pas toujours d’accord avec l’autre. Toutes les formes d’autres, conjoint, enfant, famille, collègues… Mais est-ce moi qui a un problème ? Est-ce l’autre ? Ou est-ce normal ? Voilà la question que je me posais en débutant ce livre.

Et, ouf ! Rapidement, Saverio Tomasella pose avec raison et clarté les limites de la confrontation (pour définir les relations invivables) : « les disputes, les conflits, les confrontations sont un bon signe. Un bon signe de santé dans le couple (et dans toutes formes de relations) -me voilà rassurée, je vais bien !- et c’est justement lorsqu’il n’y a pas cette possibilité de dire ce que l’on pense, de se mettre en colère lorsque l’on est pas content, d’exprimer ce qu’on ressent que le malaise commence à s’installer et qu’une des personnes va se rendre compte qu’elle n’a plus la liberté qu’elle avant cette relation ». Et lorsque la relation avec l’autre devient irrespirable, insupportable, invivable, alors c’est peut-être une folie qui ne dit pas son nom.

 

imagesMais quand parler de démence ?

En famille, au travail, parmi leurs amis, beaucoup de personnes ont affaire à la folie cachée d’un proche.

De nombreuses formes de démence ne se voient pas : elles sont longues à repérer pour l’entourage, malgré l’enfer que chacun vit au quotidien.

Beaucoup de ces fous qui semblent vraiment «normaux» à l’extérieur, notamment dans leur vie publique, laissent tomber leurs masques dans le cercle privé ou au cœur de l’entreprise.

Avec de nombreux exemples, l’auteur explique dans ce livre passionnant comment reconnaître ces formes de folie, sans les minimiser ou les banaliser. La situation ne pouvant que s’enliser ou s’aggraver, il exhorte à ne plus se sacrifier, à ne plus consacrer la plus grande part de son énergie pour contenir le chaos explosif d’un proche tyrannisant.images

Il indique aussi comment trouver les ressources en soi ou autour de soi pour se dégager de tels liens toxiques. Et surtout se libérer de la crainte de mettre des limites à une personnalité abusive, voire de la culpabilité d‘abandonner un être au fond très vulnérable ?

En partant de ces cas pathologiques (un collectionneur tyrannique, une mère instable invivable, un menteur professionnel, une séductrice manipulatrice, un malade imaginaire, une phobique extrême, un délirant contenu…) Saverio Tomasella donne au lecteur les fils pour arriver à ne plus se laisser tyranniser par la « folie cachée » de ce proche.

C’est donc un livre magnifique qui aidera les personnes en souffrance. En les aidant à prendre conscience de leur état de survie et en les aidant aussi à ne pas se laisser engloutir, à se retrouver pour commencer à se reconstruire.

 

L’auteur en quelques mots…

L'auteur, Saverio Tomasella

L’auteur, Saverio Tomasella

Saverio Tomasella est docteur en psychologie clinique et psychanalyste, il est aussi Docteur en sciences humaines et fondateur du CERP (Centre d’Études et de Recherches en Psychanalyse).

Très médiatisé, il est l’auteur de nombreux ouvrages. Il vit à Nice.

Il anime le site : https://sites.google.com/site/ethiquedusujet/

 

Infos pratiques

« La folie cachée »Unknown6

Saverio Tomasella

Paru en février 2015 aux éd. Albin Michel

260 pages

Dimensions : 22,5 cm x 14,5 cm

Prix : 19 €.

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Pour aller plus loin avec la radio :

http://www.franceinter.fr/emission-service-public-vivre-aupres-dune-personne-invivable

La pâtisserie pour diabétiques, c’est permis ! … Tout est dit !

UnknownLe diabète touche près de trois millions de personnes en France.

Et pour en connaître un certain nombre, le plus souvent pour eux, les desserts sucrés se résument à des ersatz de desserts sans véritable saveur.

C’est pourquoi j’aime particulièrement ce tout nouveau livre au titre aussi révélateur qu’alléchant : « La pâtisserie pour diabétiques, c’est permis ! »

Gelée fruitée à tartiner

Gelée fruitée à tartiner

Pâtissière chevronnée et exigeante, contrainte de revoir sa copie pour son mari diabétique, Annabelle Orsatelli a étudié les propriétés physico-chimiques des glucides pour leur substituer des ingrédients n’altérant ni le goût ni la texture finale des desserts.

Et ce livre est le fruit de son travail, proposant 80 recettes classiques ou originales pour (re)trouver le plaisir du sucré. Quelques recettes ? Croustillant aux deux chocolats, muffins au cœur fondant, cookies, bavarois framboise-pistache, cake, fraisier, millefeuille, opéra, tiramisu, paris-brest, viennoiseries, galette des rois, diverses crèmes pâtissières, chiboust, glaces, mousses, choux, pâte à tarte, glaçages variés, cheesecake, meringue façon macarons, croissant aux amandes… Il y a en a véritablement pour tous les goûts et tous les styles !

 

Comment concilier sucré et diabète ?

Délicieuses religieuses parfumées

Délicieuses religieuses parfumées

En fait, l’auteure, Annabelle Orsatelli, a trouvé l’équation parfaite entre réduction de la charge glycémique et, plaisir ! Et c’est ainsi qu’elle réussit le pari de proposer ces recettes délicieuses, aussi gourmandes que «les vraies», et offrant pourtant un index glycémique bas.

Comment fait-elle ? En privilégiant des produits à index glycémique bas. Des farines comme le coco ou le lupin par exemple, mais aussi des farines de blé dosées avec précision, des polyols (à l’image du xylitol) et des édulcorants (comme le tagatesse), tous choisis avec soin et faciles à trouver dans le commerce (et ça, c’est un plus pour faciliter la vie).

 

Pourquoi j’aime ouvrage ?

Gateau roulé à la gelée fruitée

Gâteau roulé à la gelée fruitée

Toujours magnifiquement présentées, toutes les recettes proposent l’indication de leur charge glycémique (en gramme par portion) pour savoir exactement ce qui se cache derrière chaque délice sucré.

Mentions spéciale aussi aux magnifiques et délicieuses photographies de Charlotte Jacquet, tout comme au stylisme éclairé de Julie Schwob qui magnifie véritablement les produits présentés.

 

L’auteur en quelques mots…

Annabelle Orsatelli est une pâtissière amatrice passionnée, formée aux techniques professionnelles complexes : macarons, feuilletés, viennoiseries…

Canelés

Cannelés

Trois membres de sa famille, dont son mari, souffrent du diabète. C’est pourquoi elle sait mieux que personne comment conjuguer diabète et plaisirs sucrées.

Elle vit à Champigny-sur-Marne.

 

Infos pratiques

« La pâtisserie pour diabétiques, c’est permis ! »

Annabelle Orsatelli

Bûche de Noël traditionnelle au Grand Marnier

Bûche de Noël traditionnelle au Grand Marnier

Préfzce du Dr Franck Senninger, médecin nutritionniste

Paru le 4 mars 2015 aux éd. Albin Michel

160 pages

Dimensions : 22,5 cm x 17 cm

Prix : 15,90 €

Crédits Photos :  Charlotte Jacquet et Julie Schwob

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

 

Pour retrouver en vidéo des idées de recettes tirées du livre « La pâtisserie pour diabétiques, c’est permis ! », c’est juste là !

 

Les biscuits à la cuillère :

 

La pâte feuilletée inversée :

 

Les brioches individuelles :

Visite de la ménagerie du cirque Arlette Gruss avec un passionné

imagesUne fois n’est pas coutume, la rédaction d’Eve Mag a confié sa plume à un spécialiste pour parler au mieux d’un sujet… Et ce spécialiste, c’est un jeune garçon de 13 ans, Gabriel, qui réside dans l’agglomération de Rouen et est fan, archi fan de cirque, particulièrement des éléphants.

Visite guidée de la ménagerie du cirque Arlette Gruss avec ce grand connaisseur…

 

Petits conseils d’un spécialiste…

L'un des magnifiques lions du dresseur Emmanuel Farina

L’un des magnifiques lions du dresseur Emmanuel Farina

Sac à dos au vent, lunettes colorés sur le nez, bonnes chaussures au pied, blouson chaud bien fermé, Gabriel est fin prêt pour aller à la rencontre des animaux de la ménagerie du cirque Arlette Gruss qui a posé sa caravane le temps d’une grosse semaine en bord de Seine à Rouen en Normandie.

Alors Gabriel, quel est selon toi le meilleur moment pour découvrir la ménagerie ? « Il n’y a pas d’heure, car à chaque moment de la journée, la ménagerie est différente ». Mais ce que préfère notre jeune reporter, c’est d’arriver peu de temps après le début de chaque spectacle (en après-midi) pour ainsi « voir les animaux se préparer pour aller sur la piste pour leur numéro ».

Déroulé du spectacle en tête, Gabriel va ainsi d’animaux en animaux pour les admirer « répéter avec leurs dresseurs », s’habiller pour certains (éléphants et chevaux) puis « traverser » dans les deux sens la ménagerie afin de rejoindre les lumières du chapiteau. « De la cathédrale », précise Gabriel qui « n’a jamais vu un aussi beau chapiteau ».

Et au moment du spectacle, c’est une bonne façon en effet de voir la ménagerie bouger et vibrer aux rythmes des show.

Babati, une des quatre éléphantes du cirque Arlette Gruss

Babati, une des quatre éléphantes du cirque Arlette Gruss

Autre truc de Gabriel : «  ne jamais manquer les répétitions en public du cirque » (certains dimanches matins lors de la tournée) qui « permettent d’avoir un autre regard sur le spectacle et la vie du cirque ». « Quand tu vois les répétitions », continue-t-il, « tu te dis vraiment qu’il y a beaucoup, beaucoup de travail derrière chaque numéro ».

Le conseil de Gabriel ? « Arriver tôt, pour être comme cette année le premier dans la tente des éléphants et avoir le temps de les regarder avant de s’installer dans le chapiteau pour assister aux répétitions ». Et même là, le placement est stratégique pour notre fan : « j’essaie de m’installer dans les loges, le plus près possible de l’entrée des artistes, pour voir l’envers du décor. Par exemple, cette année, j’ai pu voir comment apparaissaient les perroquets d’Antonio Zatta ».

Les répétitions en public, une autre façon de découvrir la ménagerie

Les répétitions en public, une autre façon de découvrir la ménagerie

Et puis, dans son sac à dos, notre jeune aventurier emporte tout le nécessaire pour vivre une bonne visite de ménagerie : une écharpe (parce qu’il peut faire froid en bord de Seine en février à Rouen), un appareil photo (mais pas de photo avec flash pour ne pas éblouir les animaux), une bouteille d’eau (pour se désaltérer), une barre de céréales (en cas de petit creux), quelques pièces (pour un éventuel détour par la boutique du cirque), un stylo et le programme du cirque de cette année (pour recueillir quelques autographes des artistes qui traversent la ménagerie), et du pain dur pour les éléphants (toujours en demandant avant l’autorisation de les nourrir au cornac), car il est strictement interdit de nourrir les animaux de la ménagerie. Mais pas de soucis avec Gabriel, Ashmed, le cornac du cirque, le connaît bien, habitué à retrouver d’année en année ce jeune fan dans les allées de la ménagerie à Rouen.

 

Et pourquoi les éléphants ?

Ashmed, cornac passionné par son métier

Ashmed, cornac passionné par son métier

Amoureux des animaux (particulièrement de son chat baptisé Sardine), Gabriel voue aussi un amour inconditionnel pour les animaux de la savane, particulièrement les éléphants.

Mais pourquoi les éléphants ? « Quand j’ai été au cirque Arlette Gruss pour la première fois en 2005 (j’avais 3 ans et demi) avec mes grands-parents (c’était le spectacle Rêves précise-t-il), j’ai entendu soudain un barrissement d’éléphant derrière les rideaux, puis ils sont entrés sur la piste, et là, j’ai tout de suite adoré. Depuis ce jour, c’est mon animal favori ».

Et sur les éléphants du cirque Arlette Gruss, notre jeune passionné est intarissable. « Elles sont quatre demoiselles. Elles ont entre 35 et 50 ans. Elles s’appellent Babati, Burma, Jumbo et Siam. Elles sont très bien traitées par leurs deux cornacs et leur dresseur John Vernuccio. Elles sont aussi très bien nourries. Sur la piste, elles font un show époustouflant où tout le public les attend ». Et bien sûr, Gabriel reconnaît d’un seul regard qui est Babati, Burma, Jumbo et Siam !

Pause désaltérante pour les quatre demoiselles du cirque

Pause désaltérante pour les quatre demoiselles du cirque

Leur numéro de cette année ? « J’ai tout aimé, du début à la fin du numéro des éléphants ! De leur entrée incroyable dans le noir, à leurs pyramides, ou leurs pirouettes, j’ai vraiment tout aimé ».

Et dans l’année, comment se prépare-t-il ? « Je collectionne tous les programmes du cirque Gruss depuis 2005 et je les relis souvent. Et puis je regarde toutes les vidéos et documentaires que je peux qui parle du cirque. Et bien sûr, dès que le cirque Gruss arrive, je vais les voir s’installer tout en sentant l’excitation qui monte ».

Le spectacle « 30 ans Ecris l’histoire », qu’en pense notre Gabriel ? « Il est très très en couleurs, il y a beaucoup plus de jeux de lumière (notamment avec un numéro d’homme laser très impressionnant). C’est aussi un spectacle émouvant avec un très bel hommage à Arlette Gruss. Le numéro des motos est époustouflant. Et bien sûr j’ai adoré le numéro des éléphants ».Cirque-Gruss-affiche-spectacle-30-ans-ecris-l-histoire-220850

Adoré, c’est le mot ! Puisque toute l’année, Gabriel économise son argent de poche pour s’offrir chaque saison des représentations au cirque. La preuve, pour ce spectacle anniversaire « 30 ans Ecris l’histoire », notre passionné ira « trois fois voir le spectacle », réalisant même un rêve, « celui de s’offrir une place en loge au premier rang, pile en face de l’entrée des artistes », une place achetée il y a déjà plusieurs mois ! « C’est un cadeau d’anniversaire que mon papi et ma mamie m’offrent », termine-t-il avec un ENORME sourire.

Le cirque Arlette Gruss, c’est un événement qui ne se manque pas pour Gabriel !

 

La ménagerie du cirque Gruss respecte et chouchoute ses animaux

Laura-Maria perpétue la tradition familiale Gruss de l'amour des animaux

Laura-Maria perpétue la tradition familiale Gruss de l’amour des animaux

Depuis le 18 mars 2011, les conditions de séjour des animaux sauvages au cirque font l’objet d’une réglementation élaborée conjointement par les professionnels du cirque, les vétérinaires et les représentants des sociétés de protection animale.

Ce texte exige la mise aux normes de tous les établissements itinérants.

Gilbert Gruss n’a pas voulu se contenter d’une simple mise en conformité, il a souhaité donner à ses animaux artistes des conditions de séjour optimales.

Et quelque soit l’heure à laquelle on visite la ménagerie, cela se vérifie. Elle est toujours ultra propre. Les animaux sont toujours impeccables, les box tous paillés et nettoyés.

Une ménagerie toujours propre

Une ménagerie toujours propre

Les écuries spacieuses sont dotées d’une extension (qu’on appelle terrasse) pour que les équidés puissent passer de l’ombre au soleil.

Pour les éléphants, ce sont de grands enclos qui sont aménagés avec des points d’eau, ainsi que des branches ou des troncs d’arbres, et un cornac qui veille en permanence sur le confort des quatre pachidermes du cirque. « La tente des éléphants est très bien chauffée » précise Gabriel, « pour ne pas qu’elles aient froid ».

Les animaux exotiques disposent d’espaces suffisants pour se dégourdir les sabots. Aux cages des fauves, plus spacieuses désormais, le cirque Gruss a adjoint une cage de récréation avec piscine et accessoires de jeu pour leur enrichissement.

Séance de manucure...

Séance de manucure…

Chaque animal a son carnet de santé, et dans chaque ville de la tournée, un service vétérinaire est à même d’intervenir en cas de besoin.

« Ceux qui manifestent contre les animaux au cirque n’en croient pas leurs yeux lorsqu’on les invite à voir de près comment vit un animal au cirque Arlette Gruss C’est la meilleure argumentation qui puisse leur être opposée », peut-on lire sur le site du cirque Arlette Gruss. Et c’est vrai que cela se vérifie dans les allées de la ménagerie.

 

Infos pratiquesimages2

  • Prix ? L’entrée à la ménagerie du cirque Arlette Gruss coûte 2 € (gratuit pour les moins de 3 ans).
  • Quand ? La ménagerie du Cirque Arlette Gruss est ouverte au public tous les jours de spectacle de 10h à 12h et de 14h à 18h.

Attentions deux cas spécifiques sont à noter : le premier jour de spectacle, lors de l’arrivée du cirque dans chaque ville, le zoo n’est ouvert qu’une heure avant le premier spectacle. Et pendant la période estivale (juillet et août), les horaires sont différents soit de 10h à 12h et de 15h à 19h.

Toutes les infos sur http://www.cirque-gruss.com

Lorsque la météo et la chaleur le permet, les zèbres prennent le frais

Lorsque la météo et la chaleur le permettent, les zèbres prennent le frais

Crédits Photos : Photos de la publication de Arlette Gruss Officiel 

et photos Eve Mag

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl

Le shiatsu, le massage énergétique

imagesVous vous demandez ce qu’est le shiatsu ? Vous êtes intrigué, tenté même… Vous avez déjà essayé mais souhaitez en savoir plus… Et bien cet article est celui qu’il vous faut !

Basé sur une technique japonaise ancestrale de massage, le shiatsu apporte détente, repos de l’esprit et réconfort. Mais pas seulement, il permet aussi de rééquilibrer les énergies.

 

Le shiatsu : c’est quoi ?images2

Le shiatsu est un terme japonais signifiant pression des doigts.

C’est surtout une technique ancestrale de massage qui rééquilibre les énergies. Le shiatsu est en effet basé sur la médecine traditionnelle asiatique, reposant sur l’idée que le corps humain est parcouru par des méridiens énergétiques.

Lors d’une séance, le praticien effectue donc des points de pressions, d’étirements et de stimulations avec les doigts (plus particulièrement les pouces) sur les zones traversées par ces méridiens énergétiques.

 

Ses bienfaits

images3Le shiatsu est bénéfique aux femmes comme aux hommes. Car il rééquilibre les énergies et corrige les dysfonctionnements de l’esprit et du corps.

Cette technique réduit en effet le stress et les tensions. Elle stimule et renforce le système d’autodéfense de l’organisme, équilibre le système énergétique dans sa globalité, apporte une détente physique et psychique. Bref, améliore le bien-être.

Le shiatsu s’adresse tout particulièrement aux personnes souffrant de stress, d’anxiété, de mal être, d’insomnie, de fatigue, de douleurs chroniques, de problèmes de digestion…Unknown6

Il n’y a pas d’âge pour le découvrir. L’essentiel étant de chercher à développer et maintenir son niveau de bien-être physique, psychique et émotionnel.

 

Le déroulement d’une séance

Une séance dure environ une heure. Il n’y a pas besoin d’être nu pour le massage. Il suffit de porter des vêtements légers. Pendant la séance, il faut s’allonger sur un futon (un matelas ressemblant à un tatami) posé sur le sol. Il est possible aussi, en cas de contre-indication, de rester assis.

Unknown4La séance démarre généralement sur le dos, le centre essentiel des tensions du corps humain. Avant de finir sur le ventre pour travailler le rythme respiratoire.

Même si le prix d’une séance est assez variable d’une ville à l’autre, il tourne en moyenne autour de 50 €. Plus d’informations sur le site de la Fédération Française de Shiatsu Traditionnel : http://www.ffst.fr

 

Pour aller plus loin avec les livres

Michel Odoul

Michel Odoul

Deux très bons livres viennent de sortir aux éditions Albin Michel et la rédaction de Eve Mag vous les conseille pour aller plus loin sur ce passionnant sujet : « Shiatsu fondamental » Tome 1 « Les techniques Du Shiatsu de confort à la pratique professionnelle » et « Shiatsu fondamental » Tome 2 « La théorie Du Kampô à la MTC De l’énergétique à la psycho-énergétique ».

Deux excellents ouvrages écrit par Michel Odoul, l’un des grands spécialistes du Shiatsu en France. Fondateur de l’Institut Français de Shiatsu, Michel Odoul est en effet aussi l’auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.

  • « Shiatsu fondamental » Tome 1 « Les techniques Du Shiatsu de confort à la pratique professionnelle »

UnknownCe premier (des trois tomes) est la première véritable synthèse (très complète) existant à ce jour sur le Shiatsu japonais.

Très complet, très clair, très facile à lire et à utiliser, ce premier tome de « Shiatsu fondamental » est en plus magnifiquement illustré avec plus de 850 photos permettant, même aux néophytes, de découvrir les techniques du Shiatsu pas à pas et de façon très didactique.

« Shiatsu fondamental » Tome 1 « Les techniques Du Shiatsu de confort à la pratique professionnelle », Michel Odoul, paru en novembre 2014 aux éd. Albin Michel, 272 pages, dimensions : 266cm x 19,8 cm. Prix : 39,90 €.

  •  « Shiatsu fondamental » Tome 2 « La théorie Du Kampô à la MTC De l’énergétique à la psycho-énergétique »

Tout comme le premier tome de Shiatsu fondamental, ce deuxième tome est façonné de la même façon : clair, didactique, détaillé, très riche en photos, et accessible aussi bien par les débutants que les adeptes confirmés du Shiatsu.Unknown2

Pièce centrale de ces trois tomes consacrés au Shiatsu fondamental, ce deuxième opus présente en plus de façon très complète et sérieuse tous les fondamentaux millénaires dans lesquels le Shiatsu prend ses racines. C’est passionnant !

Et ce livre, c’est véritablement le livre de référence majeur de cette technique et de toutes les techniques manuelles qui s’appuient sur la notion d’énergie.

téléchargement (2)Aussi clair, pertinent, pédagogique et détaillé que le premier tome, jamais la MTC (médecine traditionnelle chinoise), l’énergétique orientale et la Psycho-énergétique n’ont été présentées ainsi.

 « Shiatsu fondamental » Tome 2 « La théorie Du Kampô à la MTC De l’énergétique à la psycho-énergétique », Michel Odoul, paru en février 2015 aux éd. Albin Michel, 270 pages, dimensions : 26,5 cm x 19,7 cm. Prix : 39,90 €.images7

Pour information, ces deux tomes 1 et 2 déjà parus peuvent chacun se suffire à eux-mêmes. Ou se compléter. C’est véritablement selon vos envies. Enfin, le troisième tome (à paraître en 2015 toujours chez Albin Michel) sera celui de la philosophie sacrée et des techniques précieuses qui font l’âme du geste.

Pour en savoir plus sur Michel Odoul : www.shiatsu-institut.fr

Retrouvez toutes les infos evemag sur facebook via le lien  https://www.facebook.com/evemaglemagdesfilles?ref=hl